Tourist Trophy 2011 : La lettre de Guillaume Dietrich
DiversTourist Trophy 2011 : La lettre de Guillaume Dietrich
Après une semaine d'essais très compliqués, le pilote français nous annonçait, le soir même de notre arrivée en terres manx, qu'il n'allait pas participer aux courses du TT. Le teint livide, le ventre noué, il terminait une heure plus tôt sa dernière séance d'essais au guidon de sa Suzuki du team Relentless. Voici la lettre qu'il a décidée d'écrire pour expliquer son choix. Nous, on dit respect...
Bonjour à tous,

J’ai vécu une expérience formidable...
En effet, rouler au TT était pour moi un rêve, qui s'est réalisé.

Lorsque j'ai annoncé mon engagement, il y a quelques mois, les réactions ont été très mitigées. Mais je tenais à vivre cette aventure.
En arrivant ici, j'ai ressenti une ambiance très particulière, forte. Toutes les personnes que je croise sont vraiment sympas, ouvertes...
Les francophones sont vraiment accueillants, et personne ne te mets des bâtons dans les roues. Au contraire.

Ouaaa, bizarre ! Je viens de quitter le FSBK du Vigeant, une course avec dix fois moins d'enjeux que le TT, et je retrouve ici l'état d'esprit de la course a l'état pur. J'adore !

Mon sac est perdu à l'aéroport, avec tout mon équipement à l’intérieur : Guy Martin, mon coéquipier, véritable star des courses sur route, me prête un cuir, tandis qu'une grande marque concurrente à mon partenaire Segura me fournit des protections.

Je n'ai pas de tears-off, obligatoires ici : Arai me prépare mon casque Scorpion !
Je ne comprends pas tout…

En revanche, dès mes premiers tours, je comprends que je suis perdu. Mais je ne lâche pas facilement. Et je travaille. Je visionne dix fois par jour les DVD de caméra embarquée ; je fais des tours en voiture avec Milky, un ancien vainqueur du TT qui est la pour aider les newcomers.
Je vis le truc à fond. Et j'ai l'impression d'apprendre à faire de la moto.

Je roule dans le plus gros team du paddock, et les mécanos sont au top. Ils veulent que je prenne du temps et du plaisir.
Je leur dis que normalement, je suis vite ! Ils rigolent, et me disent qu'ici, c'est différent.

Mais vendredi, lors de la dernière séance de qualification, je me fais deux grosses frayeurs à plus de 200, et je décide d'arrêter avant qu'il ne soit trop tard. Je vais sûrement décevoir beaucoup de monde. Mais pour une fois, je ravale ma fierté !
Comme dis mon frère : ça me fait redescendre un peu sur terre !

Mon respect pour les pilotes du TT ne fait que s'accentuer. Les gars, vous êtes sur une autre Planète ! Et je comprends toujours ce que chacun peut chercher ici.

Maintenant, je comprends aussi ce que doivent ressentir les pilotes en fond de grille en FSBK et en endurance. Respect, les gars.

Je remercie toutes les personnes qui se sont bougées pour ce projet : Paul Philipps du gouvernement de l'Ile de Man, Pierrick Moizan, mes partenaires, Milky, le staff du team Suzuki TAS Relentless, ma famille qui est obligée d'accepter mes choix, la presse pour toujours être présente dans mes aventures.

Et un gros merci à toutes les personnes (je n'ose pas employer les mots "fans" ou "supporters") qui m'envoient des messages, et sont venues me voir dans le paddock.

Un gros merde à Fabrice Miguet et à Hervé Gantner, deux pilotes super cools.

Je vais continuer à faire de mon mieux pour poursuivre ma carrière, et surtout vivre à fond ce que je fais.

A bientôt !

Guillaume #45

Photo : La Suzuki du team Relentless dont Guillaume était si fier - © Guillaume Dietrich