Supersport : Fabien Foret ''Tout ça peut être la clé d'une belle saison.''
Supersport : Fabien Foret ''Tout ça peut être la clé d'une belle saison.'' Deuxième de la première course du championnat du monde Supersport, sept centièmes derrière Kenan Sofuoglu mais devant Broc Parkes et Jules Cluzel, Fabien a étrenné dignement sa nouvelle Kawasaki au sein du team Intermoto qu'il découvrait. "Dans l'ensemble, la course ne s'est pas mal passée. Bien entendu, je ne suis pas mécontent de mon résultat après un long hiver sans aucun roulage, ni essais. J'ai découvert un nouveau team, qui lui-même découvrait une nouvelle moto.
 
"Ce week-end a été positif, même si j'ai un petit goût amer parce que je pensais avoir la course en main et pouvoir remporter la victoire. C'est vrai que Jules a un petit peu entamé mes chances de victoire. Il avait une moto un peu plus rapide et il m'a quand même ennuyé à me doubler dans la ligne droite, alors que j'étais plus rapide que lui sur le reste du circuit. Mais bon, c'est de bonne guerre. Il aurait eu tort de se priver d'essayer de me ralentir pour jouer le podium. Peut-être aurait-il dû s'économiser pour avoir les moyens de finir lui-même sur le podium ? Mais bon, c'est comme ça.
 
"Dans le dernier tour je suis revenu fort sur Sofuoglu parce que je ne voulais pas capituler, et finalement je termine près. Ce fut une bonne course pour l'équipe et pour moi. Il y a longtemps que je n'avais pas débuté un championnat comme ça."
 
Pour la suite de la saison, c'est plutôt positif ?
 
"C'est clair, tout le monde est maintenant surmotivé dans l'équipe. Ce team a eu beaucoup de pression de par mon arrivée, donc j'ai essayé plutôt de les apaiser et de les tranquilliser. On a passé une bonne semaine ensemble. Mon chef-mécanicien anglais travaille très bien et on s'entend bien ensemble, comme c'est le cas pour toute l'équipe que je remercie. Tout ça peut être la clé d'une belle saison."
 
Photo : Fabien Foret (© Kawasaki Racing Team)