SBK à Monza : Pirelli furieux
SBK à Monza : Pirelli furieux Lors de la journée de dimanche, tout s'est passé normalement en Superstock 1000 et en Supersport. Par contre en Superbike ce fut la panique totale et plusieurs pilotes en ont rendu Pirelli responsable. Cela n'a pas du tout amusé les responsables du manufacturier italien et voici le point de vue de Giorgio Barbier, directeur de la compétition Pirelli moto. "Le week-end à Monza a été conditionné le samedi par les conditions météorologiques qui étaient extrêmement instables, avec du beau temps, tout à coup en alternance avec de la pluie et parfois même de la grêle. Pour le Superbike, tout d'abord je voudrais faire une remarque importante sur la Superpole du samedi : Pirelli a toujours recommandé que les équipes et les coureurs utilisent les pneus intermédiaires qui sont à leur disposition. Cet avis, cependant, a été complètement ignoré puisque tous les pilotes ont utilisé des pneus pluie. Clairement la raison de cela est le fait que la piste était complètement sèche à certains endroits, tandis que dans d'autres elle était humide en raison d'arbres le long de la piste qui ont empêché l'asphalte de sécher. Les pneus pluie fonctionnent bien à 50 °/ 60 °, mais sur les deux lignes droites consécutives, qui étaient complètement sèches, ils ont évidemment atteint des températures bien supérieures à 200 °. Cela a provoqué un effondrement du centre de la bande de roulement.
 
"Je tiens aussi à rassurer tout le monde sur ce point que les pneus Pirelli ont une structure particulière avec une carcasse en acier, et donc il est absolument impossible pour eux d'exploser. Cela dit, le dimanche les pilotes dans la catégorie Superstock ont couru comme prévu, dans des conditions qui étaient encore pires que celles pendant les courses de Superbike, en utilisant les pneus pluie à l'avant et intermédiaire ou pneus de course à l'arrière. En Supersport, comme une preuve supplémentaire que les pneus Pirelli pluie peuvent certainement effectuer une course complète sans problème, les coureurs ont couru et ont terminé avec les pneumatiques pluie. C'est une honte que, bien que les pilotes de Superbike aient eu deux solutions intermédiaires mises à leur disposition pour l'arrière, ils n'ont envisagé seulement que d'utiliser les slicks de course. Une fois que la course a commencé, en tout cas, il était clair que, même dans ces conditions, une bonne course pourrait être disputée."
 
Photo : SBK à Monza (© Pirelli)