SBK : Maxime Berger, sa fabuleuse première manche… et déjà 2012
SBK : Maxime Berger, sa fabuleuse première manche… et déjà 2012 Maxime a obtenu dimanche au Portugal son meilleur résultat de l'année avec la septième place, après sa huitième position de Silverstone. Il a doublé en première manche Jakub Smrz, Michel Fabrizio, Troy Corser, Noriyuki Haga, Ayrton Badovini, Leon Camier, Tom Sykes et Leon Haslam. Il terminait à 1,5 seconde de Marco Melandri. Pas mal, pour un débutant… Ça s'est passé comment, Maxime ? "En première manche, j'ai pris un bon départ d'entrée de jeu. J'étais dans un bon wagon et je me suis un peu battu avec Smrz et Fabrizio. Je suis ensuite revenu sur le wagon de Badovini, Sykes, Haslam et Haga. Comme j'utilisais l'ancienne fourche, je ne voulais pas prendre trop de risque. J'ai attendu une dizaine de tours que le carburant diminue un peu dans le réservoir (ndlr : la course comprenait un total de 22 tours) pour que la moto soit plus légère. En une dizaine de tours, on perd à peu près 7 kg, donc c'est intéressant. Pendant ces dix premiers tours, j'ai essayé d'économiser mon pneu arrière au maximum. Je suis resté calme. 

"Je suis le rythme, puis à 10 tours de la fin, je commence à attaquer Badovini, à me montrer, et du coup ça passe. Ensuite je double Sykes. Devant, il y a Haslam et Haga. Je passe les deux ensemble : Haslam commence à doubler Haga et du coup je peux prendre l'aspi des deux et ça me permet de revenir sur eux, au contact, bien placé pour le freinage. C'est un peu limite, un peu chaud, mais bien géré.

"Ensuite il reste quelques tours et là je me dis "Faut pas rigoler, faut se donner à fond. S'ils me repassent, ça va être cuit. On arrive dans les deux trois derniers tours." Donc je roule à fond, et à un moment je me fais une équerre… j'ai cru que je passais par-dessus la moto ! Du coup je me reconcentre à fond, je ne perds pas de temps et ça va, ils n'ont pas réussi à trop me remonter. Je ne me retourne pas et finis avec une seconde d'avance. Ça va.

C'est bien de concrétiser ainsi pour ta première saison, lors de la dernière course.

"J'ai montré aux gens ce que je pouvais faire. Pendant toute la saison, je n'ai pas voulu aller au contact, faire le fou ou tomber par terre. On peut vite faire n'importe quoi. Donc à Portimão, sur ce circuit valloné et difficile, première manche bien. Mon point fort sur cette piste, ce sont les freinages. A l'accèl, je perds un peu, mais au frein j'arrive vraiment à revenir. En deuxième manche, problème de ride-by-wire au départ, je pars dernier et termine 10e place.

Tu as essayé une Ducati du Liberty Racing mardi lors des tests. Comment ça s'est passé.

"Bien. C'était la moto de Sylvain (Guintoli). J'ai pu voir les différences avec la mienne. Il est clair que ce n'est pas le jour et la nuit. Ça reste une moto de Superbike. Il y avait l'évolution que je souhaitais au niveau de la fourche. Le train avant est vraiment un régal. On sent bien l'avant posé au sol. Au niveau du freinage, c'est beaucoup plus doux et précis. La moto est plus stable plein angle et même au changement d'angle. Quand je relâche les freins, elle arrive à rentrer en courbe. Il y a une bonne inscription en courbe au relâché de frein. 

Il y a une chance que tu fasses un truc avec eux l'année prochaine ?

"Je discute avec tout le monde. Je mets des CV à droite, à gauche. Mes chronos n'étaient pas mal. J'ai fait 5 tours en pneus course en 1'43, dont le meilleur en 1'43.3 (ndlr : meilleur temps général en course dimanche dernier en 1'43.4). Donc j'étais content de la machine et des mécanos de Sylvain, qui parlent français. Ils sont très sérieux et très compétents. C'est clean, ça bosse bien. Chez Liberty l'année prochaine, ils auront 4 motos, donc il leur faut 2 pilotes. A voir…"

Photo : Le petit qui n'a pas peur des gros : Maxime (à droite, n°121) va doubler tous ceux qui sont sur cette photo ! (© Supersonic)