SBK : La pompe d’injection de Biaggi non-conforme
SBK : La pompe d’injection de Biaggi non-conforme Lors de chaque course, les commissaires techniques du championnat du monde Superbike vérifient systématiquement certains éléments des machines. C’est ainsi qu’ils ont constaté à Assen que la pompe d’injection de l’Aprilia de Max Biaggi ne correspondait pas au règlement. Depuis le début de cette année, la totalité du système d’injection doit être d’origine. Cela concerne la pompe, les canalisations et les injecteurs. A Phillip Island, les injecteurs ont été vérifiés et toutes les motos étaient conformes au règlement. A Donington, c’est la pression en sortie de pompe d’injection qui a été vérifiée, et une nouvelle fois tout le monde était conforme.

A Assen, les commissaires techniques ont constaté que la pompe d’injection de la RSV4 de Biaggi n’était pas de série. Par contre celles des Aprilia de Camier et d’Haga l’étaient, ce qui confirme que la moto du champion du monde en titre est différente de celles du Britannique et du Japonais.

Biaggi aurait pu être déclassé. Le responsable de la technique a simplement demandé à son équipe de remplacer la pompe actuelle par un modèle légal pour la prochaine course qui aura lieu à Monza. Les autres équipes, au courant de ce fait, n’ont pas porté réclamation.

Que gagnait Biaggi avec cette pompe ? Un peu de poids, mais pas plus de 300 à 500 grammes. De la fiabilité ? Camier et Haga, qui utilisent des pompes de série, n’ont pas connu de problème dans ce domaine. Le seul gain manifeste est donc une diminution des frottements, ce que permet une pompe racing par rapport à son homologue de série. Le moteur a ainsi moins d’énergie à fournir pour entraîner cette pompe, le gain pouvant être évalué entre 2 et 3 chevaux au maximum.

Biaggi aurait-il dû être déclassé ? La pression en sortie de pompe étant identique à celle d’origine, le gain était très modeste. Et qu’aurait apporté un éventuel déclassement de Max au championnat ? Le fait que les autres équipes n’aient pas porté réclamation (alors qu’elles auraient eu des points à gagner) prouve que la gravité de cette infraction était modeste.