Rossi et Lorenzo : une conf’ de presse mémorable
Rossi et Lorenzo : une conf’ de presse mémorable Après le podium, les pilotes donnent toujours une conférence de presse pour raconter leur course et répondre aux questions. Valentino Rossi et Jorge Lorenzo ont fait un véritable festival, alors que Casey Stoner, souffrant*, était absent.

Valentino, que ressens-tu avec cette 100e victoire en Grands Prix ?


« Je suis très heureux car c’est une grande réussite. Je suis le 2e et seul pilote avec Agostini à atteindre ce résultat. Lorsque j’ai commencé les GP, je ne pensais pas qu’il serait possible un jour d’atteindre 100 victoires. Mais course après course, saison après saison, je me suis rapproché, en traversant aussi des moments difficiles comme en 2006 et 2007. Mais je suis revenu très fort en 2008, physiquement et mentalement. Arriver à 100 victoires est fantastique, surtout ici car c’est un endroit très spécial : c’est un circuit rempli d’histoire, qu’on surnomme aussi la cathédrale d’Assen, et c’est aussi ici que mon père Grazziano a remporté une victoire en 250 (1979). On ne peut pas remporter 100 victoires tout seul et j’ai beaucoup de monde à remercier : spécialement Yamaha, car la moto est un avion cette année, mais aussi tout mon team, Jeremy et tous les garçons qui me suivent depuis plus de 10 ans, je remercie aussi tous mes amis proches et ma famille. Il me supportent de tout cœur et me donne beaucoup de motivation pour rester au top. »

La course fut très différente de Barcelone, car tu t’es échappé seul devant…

« C’est sûr que cette course a dû sembler plus ennuyeuse de l’extérieur, mais je crois qu’avec une autre bataille avec Jorge comme à Barcelone, le cœur de ma grand-mère n’aurait pas tenu ! (Rires) Blague à part, je me suis senti confiant dès le premier jour et j’étais très rapide dans 2 ou 3 parties du circuit. J’ai fait un bon départ de la pole position, je me suis un peu battu avec Casey, mais j’ai vite compris que Stoner n’avait pas notre rythme. J’ai alors poussé le maximum, car je savais que Jorge avait plus ou moins le même rythme que moi et c’était dangereux de jouer à nouveau la victoire dans le dernier tour. Grâce à la température qui a baissé aujourd’hui, j’avais un très bon grip de mes pneus et ça m’a permis d’augmenter mes chronos. Pour finir, je pense que c’était une course parfaite. »

Comment est née l’idée de la banderole ?

« C’est une idée de mon fan-club. Avec Gigi, mon photographe, on a cherché des photos de mes 99 victoires depuis 1996. Au bout d’une semaine, Flavio m’a appelé et m’a dit : « s’il te plait, gagnes à Assen, parce que la banderole est si longue, qu’on aura du mal à l’emmener à Laguna Seca ! » (Rires)

Tu mènes maintenant le championnat avec 5 points d’avance sur Lorenzo et 9 sur Stoner.

« Pour ce qui est du championnat, c’est une autre histoire. Il est complètement ouvert et la fin de la saison est encore loin, d’autant que je suis face à deux grands pilotes, très difficiles à battre. Ce sera difficile à Laguna car la course est dans 7 jours, et on a peu de temps pour se reposer et recharger les batteries. L’an dernier, ça a été une bagarre fantastique avec Stoner et une victoire importante. J’espère arriver de la même façon à Laguna et faire à nouveau une grande course. »

Jorge, 20 points importants au championnat mais un départ difficile…

« Pour vous dire la vérité, j’ai coupé les gaz pour le bien de la grand-mère de Vale (éclat de rire général) ! Non, le grand héros du jour, c’est bien lui car décrocher 100 victoires, c’est énorme. Tous les pilotes, maintenant et dans le futur, voudront essayer de battre ce record. Pour reparler de la course, je n’ai pas fait un bon départ et j’ai dû batailler dans les premiers tours pour réduire l’écart avec Valentino. Pour ça, il fallait que je sois 1,5 seconde plus vite qu’aux essais. Mais dans certaines parties du circuit, je ne me sentais pas trop confiant et vers le 18e tour j’ai réalisé que mon pneu avant était mort. Je me suis rappelé Jerez et j’ai préféré assurer ma seconde place. Le championnat est encore long, on est plusieurs au top niveau de notre pilotage, et je pense qu’on a des chances de voir d’autres courses comme Barcelone d’ici la fin de la saison. »

Jorge, penses-tu que tu pourras battre le record de Vale, d’ici une dizaine d’années ?

« Peut-être sur la Playstation ! Dans la vraie vie, je vais déjà essayer d’en gagner 10 – car pour l’instant je n’en ai que 3 en MotoGP. Après, on verra… »


Post Scriptum : Casey Stoner souffre des mêmes crampes d’estomac qu’il a eu à Barcelone.