Randy de Puniet chez Ducati-Pramac : rien n'est fait !
Randy de Puniet chez Ducati-Pramac : rien n'est fait ! La rumeur grossit sur la toile, mais Eric Mahé, le manager de Randy de Puniet, vient de nous confirmer "qu'aucune discussion avec Ducati Pramac n'était pour l'instant engagée." Tout était plus ou moins mis en place pour que Randy de Puniet signe une nouvelle année chez Lucio Cecchinello, avec la garantie d'avoir au moins le même matériel. Elf semblait même prêt à apporter son soutien.

Seulement, depuis que Randy est revenu de sa blessure à Brno et qu'il traverse une mauvaise passe, Lucio Cecchinello semble douter de son pilote. Il attendait une éventuelle arrivée d'un Stoner ou d'un Dovizioso, casés chez lui par Honda, puis s'est finalement laissé miroiter par de potentiels sponsors espagnols.

Du coup, le rapprochement avec Toni Elias, fraîchement couronné champion du monde Moto2, est devenu évident. Elias semble aussi préférer la Honda à la Ducati qui lui semblait promise mais qu'il a déjà eu l'occasion de piloter en 2008, sans grande motivation, lorsqu'il faisait équipe avec Sylvain Guintoli chez Pramac.

"Aujourd'hui, c'est quasiment sûr à 99% qu'Elias roule pour Cecchinello l'an prochain, nous confie Eric Mahé. Avec Suzuki, on a lâché l'affaire en Malaisie car le constructeur ne souhaite pas engager deux motos en 2011. Il faudra voir pour 2012. Il ne reste donc pour Randy plus que l'option Pramac, bien qu'à ce jour, aucune discussion n'ait encore été entamée. On espère que ça se fera d'ici la semaine prochaine, à Estoril."

En fait, c'est Carmelo Ezpeleta, le patron de la Dorna, qui souhaite à tout prix "caser" son champion du monde Moto2 en MotoGP, tout en conservant un pilote français, qui devrait lancer cette discussion en apportant son total soutien à l'embauche, par Pramac, de Randy de Puniet. A moins que Lucio Cecchinello ne fasse machine arrière, "ce qui n'est jamais impossible", dit Eric Mahé.

Photo : Randy de Puniet va serrer la main à son manager Eric Mahé après sa superbe qualification sur la première ligne du GP de Barcelone, puis sa 4e place en course (Photo PSP Stan Perec).