Randy de Puniet : ''Quoi qu'il arrive il faut que je fasse un bon week-end.''
Randy de Puniet : ''Quoi qu'il arrive il faut que je fasse un bon week-end.'' Randy de Puniet a signé le troisième chrono ce matin sur le sec derrière Stoner et Pedrosa, mais il ne sait toujours pas sur quelle machine il roulera mardi prochain aux essais : Honda LCR ou Suzuki ? Randy, c'est un dernier Grand Prix de la saison compliqué ?
Compliqué non, mais les conditions sont un peu pourries, même si la Ducati marche bien sur ce circuit. Mais c'est vrai que par rapport à ce qu'il s'est passé il y a dix jours à Sepang l'ambiance est un peu bizarre. Maintenant on est là, et il faut faire le boulot.

C'était difficile de remonter sur la moto après l'accident tragique de Simoncelli ?
Honnêtement, je m'attendais à pire car j'ai passé une semaine difficile. Je pense qu'au final, la meilleure chose pour tout le monde était de remonter sur la moto. Une fois sur la moto, on est concentré et on oublie tout. Si on pense à l'accident, ça veut dire qu'on n'est plus dedans et il vaut mieux tout arrêter.

Tu as des news à nous donner concernant ton avenir ?
Mon manager est ici (Eric Mahé, ndlr) et je ne peux pas parler ! (rires). Non, je n'en sais rien pour l'instant, c'est toujours au même point. On attend une réponse de Suzuki et de LCR. Il faut attendre de savoir ce que fera Bautista.
 
C'est toujours un non catégorique aux CRT ?
Je ne sais pas, on va voir. Je n'ai pas trop envie de parler de ça tant que la décision de Suzuki et de LCR n'est pas arrivée. Vu comment le MotoGP est en train de tourner, il se peut que les CRT soient l'avenir. ça dépendra de la performance du matériel.

Tu penses au fait que ça peut être ta dernière course en MotoGP ?
Non. Je fais mon maxi pour terminer ma saison en beauté. Si c'est la dernière, c'est la dernière. Mais quoi qu'il arrive il faut que je fasse un bon week-end.

C'est la première fois que tu te retrouves à la veille du dernier GP, sans savoir sur quelle moto tu rouleras pour les tests de mardi ?
Non, l'an dernier c'était un peu semblable car je n'ai signé mon contrat chez Pramac que le samedi soir. Donc, rien n'est perdu.

Pourquoi ça ne s'est pas fait finalement chez Pramac ?
Parce qu'on a essayé d'améliorer le package technique, mais comme Barbera poussait à la porte pour venir chez eux, à un moment ils ont décidé de ne plus attendre et ils ont signé avec lui sans me prévenir. Je l'ai appris par d'autres personnes. C'est comme ça.

Photo : Randy de Puniet et sa copine Lauren Vickers (PSP Lukasz Swiderek)