R1 contre vélo : Qui descend le plus vite l'Alpe d'Huez ? Avec l'avis de Régis
DiversR1 contre vélo : Qui descend le plus vite l'Alpe d'Huez ? Avec l'avis de Régis En voyant à la télé les motos se faire déposer par les vélos dans les descentes de cols du Tour de France, deux copains ont voulu en avoir le cœur net.
Warren Pole a amené sa Yamaha R1 et Howie Sylvester (ancien coureur cycliste de haut niveau) son vélo Serotta en fibres de carbone à 8 500 euros sur la ligne d'arrivée de l'étape de l'Alpe d'Huez. Au menu, une descente de 13,8 km sur un dénivelé de presque 2 km, avec 21 épingles et une pente moyenne de presque 8%.

Lors de la descente d'essai, la moto a été plus rapide d'une minute, mais le vélo avait une démultiplication beaucoup trop courte et le cycliste pédalait dans le vide dans les lignes droites.

La descente chronométrée a été beaucoup plus serrée : 10'44 pour la R1, contre 11'12 pour le vélo. L'écart n'est que de 28 secondes, ce qui fait 2 secondes par kilomètre. Voilà pourquoi les grosses motos de la télé, avec deux personnes plus l'équipement de tournage et de transmission, soit environ 400 kg, n'ont pas la moindre chance de suivre les coureurs cyclistes.

Pour en savoir plus, nous avons demandé son avis à Régis Laconi, désormais passionné de cyclisme après avoir dans sa carrière gagné en Grand Prix 500 et été vice-champion du monde Superbike. 

"Je peux t'en parler d'autant plus fraichement que j'y ai posé mes roues de vélo le lundi 11 juillet pour une étape cyclo-sportive organisée pas ASO, dans le sens de la montée. En haut, justement, un gars m'a parlé de ce comparatif entre la moto et le vélo. J'ai été surpris car l'écart entre les deux était inférieur à ce que je supposais, sachant que le vélo ne peut pas accélérer en sortie d'épingle. 

"Une R1 de série avec de bons pneus de route, ça suffit largement. Une vraie moto de course avec des slicks ne servirait à rien. Je pensais qu'il y aurait plus d'écart entre la moto et le vélo."

En ce moment, il pleut à torrent sur presque toute la France. Si ce comparatif avait eu lieu sur route détrempée, d'après toi quel aurait été le résultat ?

"Il est sûr que le vélo, s'il ne s'était pas mis par terre, aurait été devant. 28 secondes sur le sec, ce n'est déjà pas grand-chose. Franchement, sur le mouillé le vélo se serait au moins rapproché, s'il n'avait pas été plus vite, car freiner dans une descente à 8% sur le mouillé à moto, même moi je te garantis que je n'aurais pas été en confiance. En vélo, je ne vais pas te dire que c'est simple, tu peux facilement te mettre à l'envers, faut pas rêver. C'est à voir !" 

Source : "The National" d'Abu Dhabi (Emirats Arabes Unis)