Michael Jordan en MotoGP ou WSBK en 2014
MotoGPMichael Jordan en MotoGP ou WSBK en 2014 Après le retrait de son principal sponsor (pour 2,15 millions de dollars) la National Guard, Le Michael Jordan Motorsport a décidé d'orienter son activité à l'international en disputant l'an prochain un championnat du monde. Le mondial Superbike est la première possibilité, d'autant plus que l'arrivée de la catégorie Evo est une solution idéale pour qu'une équipe débutante dans la spécialité puisse faire ses armes. Le seul point négatif est que ce team quitte le championnat américain en raison de la faiblesse des retombées, d'après ses dires, et on se demande quelle va être sa réaction quand il va découvrir le désert télévisuel du mondial Superbike (il ne faut pas se fier à la situation française, très privilégiée par rapport à la plupart des autres pays du monde).
 
Après 10 ans de présence en championnat AMA, le départ du Michael Jordan Motorsport et du Celtic Racing va laisser sur le carreau des pilotes comme Roger Lee Hayden, Danny Eslick, James Rispoli et Corey Alexander, mais aussi Gemini Technology Systems, l'entreprise qui sous-traitait la partie technique. C'est donc une toute nouvelle équipe qui va se mettre en place, en fonction du championnat et du matériel choisis.
 
Le MotoGP aurait la préférence de Jordan, d'autant plus qu'après la galère des CRT il y aura dès l'an prochain de bonnes motos disponibles avec les compétition-clients Honda et Yamaha.
 
"Nous devons évaluer ce qui se passe en Superbike et en MotoGP, explique Kreig Robinson, le vice-président of corporate relations pour le Michael Jordan Motorsports. Quelle va être la meilleure situation pour une équipe qui est structurée comme la nôtre ? Nous avons construit et développé des motos en utilisant nos propres ressources. Il y a maintenant en World Superbike cette classe EVO et en MotoGP vous avez le Moto2 et les motos de production MotoGP qui sont maintenant disponibles. Alors, quel va être le meilleur pour nous ? Je ne pense pas que nous allons commencer à construire une moto prototype en MotoGP. Il serait plus avantageux pour une équipe comme la nôtre de suivre un modèle comme celui d'Aspar, de LCR ou d'équipes comme ça. C'est là que nous en sommes pour le moment - trouver comment aller de l'avant - mais nous sommes absolument engagés à trouver un moyen de faire des courses au niveau international."
 
Dans un premier temps, l'équipe envisage d'effectuer quelques wild cards en 2014 pour préparer un engagement à temps complet en 2015. L'idée est bonne, mais il ne faudra pas se laisser engluer pour se retrouver dans la situation d'Attack Performance Racing ou de GP Tech, les deux équipes wild cards US dont les prestations ont été très modestes cette année. Il faudra que Jordan comprenne ce que ses deux prédécesseurs n'ont pas compris : la Dorna ne financera pas une équipe américaine dont elle n'a pas un besoin indispensable. Ce qu'il lui faut pour vendre les GP aux USA, ce sont des pilotes américains, pas des équipes.
 
Photo : Roger Hayden, à la poursuite de notre Jules Cluzel à nous à Laguna Seca le 29 septembre dernier (© Suzuki Racing)