MotoGP : les Bridgestone gratuits, c’est fini
MotoGP : les Bridgestone gratuits, c’est fini Lassé de fournir ses pneus gratuitement aux équipes de MotoGP, Bridgestone a décidé de faire payer ses enveloppes… si le manufacturier japonais continue en Grand Prix. 
Les participants de toutes les catégories paient désormais leurs pneus, comme pour Dunlop en Moto2, ou Pirelli dans la plupart des championnats mondiaux ou nationaux de Superbike. Le point de non-retour a été franchi quand la Formule 1, désertée par Bridgestone, a accepté de payer ses pneumatiques - très cher - à Pirelli pendant au moins trois ans (cf. Sport-Bikes n°65, page 70).

La logique de Hiroshi Yamada, responsable de la compétition moto pour Bridgestone, devient donc irréfutable : « Il ne serait pas logique que Bridgestone continue sans avoir un accord commercial similaire à ceux des autres entreprises. Cela nous aiderait beaucoup pour prendre notre décision si nous recevions un règlement pour la fourniture des pneumatiques, comme dans les autres catégories. » 

La décision de se retirer des GP moto pourrait être annoncée la semaine prochaine à Valencia, si d’ici là un accord financier n’est pas trouvé, afin que les équipes puissent bénéficier d’un préavis d’un an. 2011 va être assez compliqué dans le domaine des pneumatiques car il serait utile de développer les motos 1000 cm3 de 2012 dés l’an prochain avec les pneus qu’elles utiliseront le moment venu. Un autre manufacturier pourra remplacer Bridgestone sans problème, mais pas gratuitement pour les équipes. 

Hiroshi Yamada, le responsable Bridgestone, ne cache pas qu’il aimerait revenir à une situation de concurrence, quand les marques s’affrontaient sur la piste. « Mais avec le climat économique actuel, regrette-t-il, il est maintenant très difficile de retourner à cette situation idéale. »