MotoGP : La Dorna laisse un strapontin aux constructeurs japonais
MotoGP : La Dorna laisse un strapontin aux constructeurs japonais Les fabricants nippons avaient la haute main sur la conception des règlements techniques, depuis que Francesco Zerbi, ancien président de la FIM, avait abandonné le rôle de la fédération à leur profit. Mais la superbe japonaise prit du plomb dans l'aile quand Kawasaki se retira du MotoGP. Le récent départ de Suzuki fut le dernier clou dans le cercueil. La Dorna en profita donc pour s'approprier le pouvoir de décision en matière de définition des catégories, dans la mesure où les constructeurs japonais – désormais seulement au nombre de deux – n'étaient plus en force, et où la fédération internationale semblait très heureuse de recevoir les millions de la Dorna sans avoir à fournir de travail en échange (on ne les blâmera pas, leur situation n'est pas désagréable).
 
La solution de Carmelo Espeleta, le big boss de la Dorna, pour perpétuer l'avenir des GP a été d'introduire la catégorie CRT. Les Japonais n'aiment pas du tout cette nouvelle classe, qui les empêche de louer pour un montant énorme leurs motos de pointe de l'année d'avant et d'écouler le stock de pièces inhérent. Pour être plus clair, disons qu'après avoir loué votre Honda un an à Repsol pour environ 4,5 millions d'euros, il est bien sympathique de la louer l'année suivante à Gresini ou LCR (financés par la Dorna) pour 2 millions. A défaut de beurre dans les épinards, ça met du wasabi dans les sushis.
 
Le contrat entre la MSMA (association des constructeurs, c’est-à-dire Honda et Yamaha - le cas de Ducati étant différent car financé par les cigarettes et non par la vente des motos) et la Dorna n'est pas signé. Et il semble qu'il ne le sera jamais. Carmelo a repris la main concernant les décisions techniques de "son" championnat et il n'a plus l'intention de laisser les autres lui dicter leur loi.
 
A la table des décideurs du règlement technique, les constructeurs japonais avaient les gros fauteuils en cuir, ceux qui font "pchiiiii" quand on s'assoit. Ils auront désormais un strapontin.