MotoGP : L'Aprilia RSV4 peut-elle être compétitive en CRT ?
MotoGP : L'Aprilia RSV4 peut-elle être compétitive en CRT ? Avec le titre de champion du Monde de Max Biaggi en Superbike, puis les bons essais en Espagne de Randy de Puniet, il est intéressant de faire le point sur les chances réelles de l'Italienne dans la nouvelle catégorie Claiming Rule Team. La RSV4 de série est une excellente moto, propre à offrir à un motard sportif beaucoup de plaisir, par exemple lors de journées circuit. Par contre en compétition ses résultats vont d'un extrême à l'autre.
 
En championnat du monde Superbike, les ingénieurs des autres marques estiment que c'est grâce à l'électronique que les défauts du modèle de base sont gommés. Ont-ils raison ? On peut le supposer, car jamais aucune RSV4 n'a fait de bons résultats dans des championnats nationaux (français, britannique, ou même italien) en catégorie Superbike. Et le modèle de série n'a jamais été à la hauteur de ses adversaires en Superstock 1000.
 
Cela nous amène donc à la compétitivité de la moto en CRT. Aprilia dispose de nombreux éléments capables d'améliorer les performances du moteur Superbike, dont la distribution par pignons, les vilebrequins très allégés, le corps de pompe d'injection, etc. Sur le plan mécanique, le moteur de la RSV4 n'a donc rien à envier aux S1000RR, Fireblade ou ZX-10R qui équiperont ses adversaires.
 
Par contre sur le plan électronique, sans les bons logiciels et leur mode d'emploi, point de salut. On peut supposer que Randy de Puniet et son coéquipier Aleix Espargaro disposeront de ce qu'il faut au sein du Team Aspar, car Jorge Martinez a toujours eu des relations très étroites avec le service course de Noale. Affirmer qu'il sera le représentant officiel d'Aprilia en MotoGP serait pousser le bouchon un peu loin pour le moment, mais on peut être sûr que le team manager espagnol n'a pas choisi Aprilia par hasard.
 
Par contre pour les trois autres clients, on verra dès les premiers essais officiels si Danilo Petrucci (Ioda Racing), Anthony West (Speed Master) et James Ellison (PBM) ont réussi à établir de bonnes relations avec leur fournisseur. Avec une machine censée coûter 1,3 million d'euros, ce serait mieux pour eux.
 
Photo : Randy de Puniet (© motogp.com / Dorna)