Karel Abraham : « Bienvenue sur le vol Ducati 2017 pour le retour vers le MotoGP »
MotoGPKarel Abraham : « Bienvenue sur le vol Ducati 2017 pour le retour vers le MotoGP » La saison 2016 d’Abraham ne restera pas comme un grand cru, essentiellement en raison d’un mauvais timing. Au mauvais endroit au mauvais moment résumerait à peu près la situation. Après une décevante dix-huitième place finale, et comme meilleur résultat une neuvième position à Donington, Karel repart en MotoGP pour y piloter une Ducati GP15 chez Aspar Martinez. La saison calamiteuse d’Abraham en mondial Superbike a plusieurs raisons : Tout d’abord, il est arrivé l’année où l’organisateur avait supprimé 2 des 4 séances d’essais libres, ce qui a eu pour effet de jeter directement les pilotes néophytes en Superpole alors qu’ils n’avaient eu qu’un seul jour le vendredi pour découvrir le circuit. Et puis hop, directement la première course le samedi. Pour un peu que la météo ne soit pas clémente, imaginons Abraham découvrant Magny-Cours face à Johnny Rea (186 courses en WSBK), Tom Sykes (204) et Chaz Davies (121).
 
Pour couronner le tout, Karel roulait avec une équipe (Shaun Muir Racing Milwaukee) qui débutait en Championnat du Monde, avec une BMW que le pilote et l’équipe découvraient. « Ça ne s’est pas passé comme je l’avais espéré, expliquait le Tchèque. L’opportunité s’est présentée de revenir en MotoGP avec le team Aspar et je l’ai saisie car c’était ce que je voulais. Depuis l’âge de 15 ans, j’ai grandi en Grand Prix. Je préfère être en MotoGP. J’espère que ma moto y sera compétitive. J’ai hâte de débuter cette nouvelle saison.
 
« J’ai fait mes débuts en MotoGP sur une Ducati il y a six ans, c’est la moto que je préfère. Alors le fait de revenir au guidon d’une Desmosedici GP15 me rend encore plus impatient. Ces deux dernières saisons, l’usine a procédé à de nombreux changements. À mes débuts, le moteur était encore partie intégrante du châssis. Pour ma deuxième saison, nous avons ensuite eu un châssis en aluminium normal et tout n’était pas encore tout à fait au point. Mais la moto est désormais très différente. Je me sens bien dessus, je suis plus en confiance car je sais comment elle va me répondre, ce qui n’était pas le cas auparavant. »
 
Illustration de titre © Nicolas Petit (Petit Motorcycle Creation, site hautement recommandé aux amateurs de beau graphisme)
Source du texte : motogp.com / Dorna