MotoGP : Ezpeleta (Dorna) ''Moins de technologie, plus de spectacle''
MotoGP : Ezpeleta (Dorna) ''Moins de technologie, plus de spectacle'' Voici comment Carmelo Ezpeleta, le directeur général de Dorna Sports, l'entreprise qui gère les droits télévision et marketing des Grands Prix, voit la situation actuelle et l'avenir du MotoGP. "Les sports mécaniques reposent sur l'association du spectacle et de la technologie. En temps de crise, si nous devons réduire les dépenses dans un domaine, c'est bien celui de la technologie et non pas celui du spectacle, que demandent les chaînes de télévision et les circuits. Je suis actuellement en discussion avec les constructeurs et je pense que nous parviendrons à trouver une solution d'ici le mois de mai pour que le championnat prenne une forme différente à partir de 2013.
 
Le CEO de Dorna Sports a aussi souligné que les constructeurs ont directement été invités à participer au processus de décision visant à définir les bases des prochaines règlementations. "Les constructeurs sont conscients de la situation et ils sont eux aussi touchés par la crise. Pour eux, le problème est que le développement technologique a, jusqu'ici, toujours été leur priorité. Ce développement a rendu les coûts de production et d'acquisition des motos trop élevés, et les motos ont jusqu'ici été mises à disposition des teams en leasing.
 
"Je pense que nous devrons résoudre ces problèmes en trouvant un consensus," a ajouté Ezpeleta. "Sinon, nous avons des idées, telles que l'introduction d'un boîtier électronique unique ou d'un limiteur de régime moteur, qui pourraient être lancées dès 2013, avec un Championnat qui serait complètement différent de celui que nous avons en 2012.
 
"L'introduction de l'un de ces éléments poserait, selon les constructeurs, la limite la plus importante pour le développement technologique. Nous essayons de trouver la meilleure manière de limiter les performances, et par conséquent les coûts, afin de nous assurer que les teams satellites puissent obtenir des motos pour un maximum d'un million d'euros par saison, que ce soit pour un achat ou pour un crédit-bail à long terme, voire pour une CRT, bien que ce tarif me paraîsse excessif pour une CRT.
 
"Nous avons deux priorités et la première est de maintenir la grille aussi compacte que possible. Ça ne veut pas dire qu'il n'y aura pas d'écarts, mais nous devons faire en sorte que les CRT soient aussi proches que possible des machines d'usine. Ensuite, nous devons nous assurer que les machines d'usine n'atteignent pas des niveaux de performances qui pourraient s'avérer dangereux et qui engendreraient des coûts déraisonnables. Il ne s'agit cependant pas uniquement de réduire les coûts parce que si quelqu'un investit une certaine somme, remporte le Championnat et finit par s'en aller, on se retrouve sans rien."
 
 
Photo : Carmelo Ezpeleta / GP d'Italie / Mugello 2009 (© PSP Stan Perec)