MotoGP : Ducati contre la limite à 16 000 tours et le boîtier unique
MotoGP : Ducati contre la limite à 16 000 tours et le boîtier unique Filippo Preziosi, le responsable technique Ducati MotoGP, préfèrerait conserver une grande liberté de choix et d'initiative dans le futur. Mais il sait aussi qu'il faudra s'adapter aux conditions économiques actuelles. Voici ce qu'il pense de la proposition d'utiliser un boîtier électronique standard unique et de limiter le régime à 16 000 tr/mn. "En tant qu'ingénieur, je suis totalement en désaccord avec cela. Je voudrais avoir la liberté de tout faire, sans aucune limite. Mais comme tout être humain, je vis dans un monde qui est actuellement en difficulté. Je pense que M. Ezpeleta a une grande responsabilité de garder ce championnat au meilleur niveau possible, et de faire ce championnat durable pour l'avenir.
 
"Personne ne sait ce qui va arriver dans six mois. Ce championnat est beaucoup lié à l'Italie et l'Espagne, et tout le monde sera touché par la récession, donc je pense que c'est une bonne idée de commencer à discuter sur ce que nous pouvons faire pour réduire les coûts. Nous sommes complètement ouverts sur ce point.
 
"D'un autre côté, ce championnat doit rester celui dans lequel nous pouvons essayer de nouvelles choses pour améliorer les connaissances de notre entreprise, sinon nous ne sommes pas intéressés à rester si ça revient comme à l'époque du deux-temps. Sans électronique, sans aucune évolution du moteur, l'intérêt des constructeurs était moindre. Je pense donc que c'est un problème difficile à résoudre : conserver les gens qui travaillent ici et réduire les coûts, et d'autre part garder le MotoGP comme le plus haut niveau de connaissances et un laboratoire pour le savoir-faire.
 
" Nous sommes ouverts à toutes les solutions. Nous ne disons pas: "Non, parce que je n'aime pas ça". Une limite de 16 000 tours pour moi est vraiment stupide, parce que ça ne réduit pas la puissance de la Honda, qui est peut-être la plus puissante, et aussi ça ne comble pas le fossé entre les CRT et les usines. Si vous voulez faire quelque chose comme ça, vous devez limiter à 14 000, parce que vous utilisez un moteur standard.
 
"Si vous voulez vraiment réduire les coûts, avec un régime de 16 000 tours vous allez avec une CRT beaucoup forcer sur le moteur, ce qui va augmenter les coûts et réduire le kilométrage. Ça va même augmenter les coûts deux fois, parce que vous aurez moins de kilométrage et un moteur plus cher. Si vous voulez vraiment réduire les coûts, vous devrez mettre le régime si bas que le moteur - qui a été conçu pour fonctionner à ce niveau ou juste un peu en-dessous - peut être un moteur très bon marché pour un long kilométrage.
 
"La question est de savoir si vous êtes intéressés à courir dans un championnat dans lequel la limite de régime est si faible qu'un moteur standard de production est bon pour la course. Quel est l'intérêt du constructeur ? Alors, nous sommes ouverts, mais nous avons à discuter ...
 
"Un boîtier électronique standard unique signifie que le MotoGP n'est plus intéressant pour un constructeur qui veut y développer des stratégies qu'il peut ensuite utiliser pour la production. Le bon point est que vous pouvez garder ce boîtier électronique standard unique avec le même logiciel pendant des années, et vous pourrez ainsi à coup sûr économiser de l'argent. Je pense donc que nous avons à faire un bon cocktail au niveau du règlement, et ne pas séparer isolément chaque ingrédient de ce cocktail."
 
 
Photo : Filippo Preziosi (© Ducati Corse)