MotoGP : Carlos Checa défend Ducati contre Bridgestone
MotoGP : Carlos Checa défend Ducati contre Bridgestone Le champion du monde Superbike, qui teste de temps en temps la Desmosedici pour l'équipe Grand Prix, a expliqué à la revue espagnole Marca qu'il ne pensait pas que du bien des pneumatiques japonais. "Etre essayeur de la Ducati MotoGP est pour moi une grande expérience. C'est une moto qui part de zéro et me donne d'autres sensations [que la SBK]. Je suis présent dans un moment important, j'aide du mieux que je peux et j'essaie de donner la meilleure information possible. Je suis ravi de collaborer sur ce projet.
 
Marca : Cette moto peut-elle permettre à Rossi de revenir devant ?
 
"Je ne sais pas, c'est très difficile à dire parce que je n'ai pas essayé les autres motos. Il faudrait que je me batte contre les autres en course pour voir où nous nous situons. Je pense que cette moto peut progresser, une fois que la partie-cycle aura été améliorée, c'est ma perception. Je ne peux pas parler des autres aspects techniques car je n'en ai pas l'autorisation.
 
Marca : Ce châssis Deltabox de style japonais peut-il être bénéfique pour Valentino ?
 
"On parle beaucoup de la moto et du châssis, mais ce qui change vraiment le caractère de la catégorie ce sont les pneus. Ils sont super rigides (ndlr : c’est-à-dire les carcasses) et il est difficile de sentir leurs limites. Or c'est en fonction des pneus utilisés qu'on conçoit une moto. Si cela ne change pas, les motos resteront peu amusantes, difficiles à comprendre, et il sera très facile de tomber. Cela, pour moi, c'est ruiner le spectacle du MotoGP, avec des pilotes qui chutent sans savoir pourquoi. Quand vous ne savez pas où est la limite du pneu, il est très difficile de développer une moto. Le problème n'est pas le châssis, Ducati en a changé quatre fois et le résultat est toujours le même. Le problème ce sont les pneus.
 
Marca : Comment voyez-vous l'arrivée des CRT ?
 
"C'est une façon de sauvegarder le championnat, car on ne peut pas avoir un championnat du monde avec seulement 12 motos. C'est obligatoire pour survivre."
 
Source : Extrait d'une interview réalisée par Alberto Gomez pour Marca
 
Photo : Carlos Checa (© PSP Stan Perec)