Bilan positif pour le boîtier électronique unique
MotoGPBilan positif pour le boîtier électronique unique Les constructeurs ont résisté longtemps à l’idée d’employer un « ECU » (ou electronic control unit) identique pour tout le monde. Ils perdaient une partie de leur liberté de créer et de développer leur propre « unité de commande électronique » destinée à être utilisée par la suite partiellement sur les motos de série. Le pas décisif fut franchi quand éclata l’absurdité de la situation réglementaire, avec l’engagement des Ducati en catégorie Open en 2014. Un compromis fut donc trouvé, qui imposa un dispositif Magneti Marelli à tout le monde avec des logiciels approuvés par la Dorna. Yamaha et Ducati, depuis longtemps clients de Marelli, retrouvèrent rapidement leurs marques, tandis que ce fut plus difficile pour Honda qui utilisait son propre système HRC.
 
Un autre écueil  était que seuls Honda, Yamaha et Ducati étaient décisionnaires, Aprilia, Suzuki et KTM n’existant pas dans le paragraphe 2.4.3.5 Electronics 3. ECU b) Software du règlement technique MotoGP : « Until the end of the 2016 season, any changes to the official software strategies requested by the Organisers must be approved unanimously by the 2014 contracted Factory Option manufacturers (Ducati, Honda, Yamaha) before they may be implemented. »
 
Chez Aprilia, Romano Albesiano était satisfait du nouvel ensemble électronique, car si la firme participait en MotoGP auparavant en catégorie Open, elle débutait vraiment cette année avec un prototype. « Pour nous, ça a été la première saison réelle en MotoGP et commencer exactement en même temps que ces grands changements a été un bon point. Le logiciel commun s'est avéré être le bon choix, en termes de nivellement de la performance, mettant tout le monde dans la même situation technique. Donc, les logiciels uniques ont été pour nous positifs. »
 
Davide Brivio reconnaissait aussi que ces nouvelles dispositions avaient joué un rôle important dans le retour de Suzuki en MotoGP : « Nous sommes l'un des constructeurs qui ont bénéficié des changements de règles, parce que pour revenir en MotoGP avec l'ancienne réglementation électronique, il aurait été beaucoup plus difficile de rattraper son retard. Après que ce changement de règlement ait été annoncé, trois nouveaux constructeurs ont rejoint le championnat - Suzuki, Aprilia et maintenant KTM – ce qui en fait un grand championnat avec six équipes d'usine. Ça aurait été beaucoup plus difficile de revenir avec les anciennes règles, et je pense que c'est bon pour le sport, bon pour le spectacle - neuf gagnants en une saison est fantastique ».
 
Ce qu’approuvait le Directeur sportif de Ducati, Paolo Ciabatti : « Il n'est pas si facile de revenir après tant d'années. Les motos sont extrêmement puissantes maintenant, donc les conditions sont extrêmes, et je pense qu'à la fin ils ont fait un bon travail. Je pense aussi que les conditions météorologiques ont joué un rôle parce qu'il y avait beaucoup de courses avec des conditions variables, pluie et sec et ainsi de suite. Mais en fin de compte, voir neuf pilotes différents gagner des courses a été grand. »
 
« Quatre constructeurs ont été capables de gagner des courses. Je pense donc que ces nouvelles règles ont équilibré la compétition. Évidemment, certains fabricants ont eu peu plus de mal que d’autres, certains étaient dans une situation peut-être plus favorable au début, mais à la fin tout le monde est devenu concurrentiel. Je pense que le logiciel unique a été une bonne décision de l'organisateur du championnat. »
 
Le constructeur le plus pénalisé début 2016 a été Honda, qui a dû repartir de zéro ou presque, au niveau du développement de son électronique. Selon le team manager de l’équipe Repsol Honda Livio Suppo, « D'un point de vue général, l'ECU unique a ouvert la porte à plus de constructeurs. C'est mon sentiment. Nous voyons KTM nous rejoindre et la performance de Suzuki cette année a été de mieux en mieux. Donc, ce fut probablement un bon coup pour le championnat. C'était très difficile pour Honda au début, mais en général un bon coup pour le MotoGP. »
 
Le point de vue de Lin Jarvis pour Yamaha n’est pas très éloigné : « Je pense que le fait que vous ayez vu beaucoup de gagnants cette année est très, très positif. Aussi parce que dans le passé nous avions peut-être les équipes d'élite - HRC, Yamaha et Ducati - maintenant nous avons quelques victoires pour les équipes satellites, Ducati et Suzuki. Je pense donc que pour le sport dans son ensemble, il faut reconnaître que c'était une chose très positive à changer. Pour les constructeurs, peut-être pour certains d'entre nous, c'était un inconvénient de notre perspective purement égoïste. Mais nous sommes ici aussi pour promouvoir le sport et je pense donc que c'était une chose positive ».
 
Photo : Cal Crutchlow victorieux sur le sec en Australie (© PSP L Swiderek)