MotoGP : A peine annoncé, le GP d'Argentine déjà annulé ?
MotoGP : A peine annoncé, le GP d'Argentine déjà annulé ? L’arrivée du GP d’Argentine dans le championnat du monde en 2013 a été officiellement annoncée par madame Cristina Fernandez de Kirchner, Présidente de la République argentine, à Paris le mardi 13 décembre 2011, avec un contrat d'une durée de trois ans. Le Ministre du Tourisme, Enrique Meyer, a alors précisé que le Grand Prix de la République argentine aurait lieu au circuit de Termas de Río Hondo, dans la province de Santiago del Estero.
 
Jusque-là, tout allait bien…
 
Mais la situation vient de se compliquer sérieusement, quand cette même Cristina Kirchner, ignorant les avertissements de Madrid, a décidé le lundi 16 avril d'exproprier l'espagnol Repsol de sa filiale YPF, qu'il contrôlait à hauteur de 57,4 %. L'Etat argentin et les provinces en détiendront désormais 51 %. Cette décision a ouvert une crise sans précédent entre l'Espagne et l'Argentine, deux pays traditionnellement amis.
 
"La nationalisation d'YPF va détériorer de façon significative le bilan de Repsol", indique l'agence Standard & Poor's, soulignant notamment qu'YPF a représenté "40 % de l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) consolidé" du groupe en 2011.
 
L'Argentine fait face à une hausse vertigineuse de ses importations d'hydrocarbures, de 110 %, à 7,1 milliards d'euros en 2011, et n'arrive plus à financer des subventions trop coûteuses, - de gaz notamment, mais aussi eau, électricité, transports -, qui sont à la base de son modèle de relance par la consommation. Elle est contrainte de supprimer ces subventions par étapes.
 
"Nous allons faire de l'Argentine un paria international" ont juré certains politiciens espagnols juste après la nationalisation, avant de se calmer et de décider d'attendre et voir les évènements. La prochaine étape est la détermination du montant que l'Argentine versera à Repsol pour l'indemnisation de cette nationalisation. Repsol demande $ 10,5 milliards à l'état argentin.
 
Alors quid du Grand Prix ? Repsol, le plus gros sponsor du MotoGP (et de loin) va-t-il mettre son véto à l'organisation d'El Gran Premio de la República Argentina ? Pour Carmelo Ezpeleta, le patron de la Dorna, "si Repsol dit quelque chose j'en tiendrai compte, mais je doute qu'ils me diront que nous ne pouvons pas aller à l'Argentine. Nous avons un contrat ferme avec ce pays, mais tous les contrats sont soumis à des circonstances politiques supérieures. Nous n'allons pas faire un Grand Prix si tout le monde n'est pas d'accord, et nous n'irons pas dans un pays qui a un problème avec l'un des sponsors. Il y a encore le temps de voir comment les choses seront résolues".
 
Photo : Repsol, sponsor de Casey Stoner, dont la filiale YPF a été nationalisée à Buenos Aires, sera-t-il présent au GP d'Argentine 2013 ? (© PSP Stan Perec)