Qatar : L’imbroglio des pénalités en Moto2
Moto2Qatar : L’imbroglio des pénalités en Moto2  La course Moto2 a été assez difficile à suivre en temps réel, essentiellement parce que la pénalité pour départ anticipé de Franco Morbidelli, évidente sur les images du départ, n’était pas annoncée en même temps que les autres. Il en résulta une certaine confusion qu’il serait bien d’éviter dans l’avenir.  Ce qui a rendu la situation assez compliquée, c’est que les pénalités ont été distribuées en trois vagues. Dans l’ordre : un ride through (passage par la voie des stands) pour Johann Zarco, Alex Rins, Sam Lowes et Marcel Schrotter. Puis dans un deuxième temps, également un ride through pour Takaaki Nakagami et Robin Mulhauser. Enfin il fallut une demi-heure pour mettre sous investigation les départs de Franco Morbidelli et Sandro Cortese, avant de décider dix minutes plus tard de les pénaliser de 20 secondes. A noter que cette pénalité de 20 secondes est forfaitaire et que sa durée exacte est figée par le règlement.
 
Pour être précis, qu’est-ce qu’un départ anticipé ? D’après l’article 1.18.4 de règlement, celui-ci est défini par un mouvement de la moto vers l’avant au moment où on éteint les feux rouges. En cas de léger mouvement, puis d’arrêt immédiat alors que les feux rouges sont allumés, les « officiels désignés » (selon les termes du règlement) sont seuls à pouvoir juger si un avantage a été gagné. La Direction de course doit communiquer au pilote tout départ anticipé avant la fin du 4e tour. Cela n’a pas été le cas à Losail, d’où le problème qu’expliquait après l’arrivée le vainqueur Tom Lüthi : « Je ne savais pas pour le départ anticipé de Morbidelli. Je l’ai appris en arrivant dans le parc fermé mais ça ne change rien pour moi. Seule différence, j’aurais peut-être pris un peu moins de risque en course si je l’avais su. » C’est là en effet qu’il faudra faire attention dans l’avenir, pour ne pas risquer un accident dans les derniers tours avec un pilote qui ne devrait pas être à ce moment-là à la lutte pour la victoire.
 
Une égalité entre toutes les pénalités distribuées pour départ anticipé serait également souhaitable. Soit 20 secondes après la course pour tous les fautifs, soit un ride through général. Le temps total du ride through dépend de la configuration du circuit, et plus particulièrement de l’entrée et de la sortie des stands. A Valence par exemple, c’est très rapide. Beaucoup moins au Mans.
 
Photo © PSP L Swiderek