Futur moteur Moto2 : Un palmarès en Grand Prix pour pas cher
Moto2Futur moteur Moto2 : Un palmarès en Grand Prix pour pas cher En 2010, la catégorie 250 cm3, alors destinée à des machines équipées de vrais moteurs de course, fut remplacée par la Moto2 dotée de 600 cm3 4 temps de route, d’une puissance actuelle officielle de 128 chevaux. Le but était de diminuer le coût de la compétition, Aprilia étant arrivé à des tarifs complètement déments avec les 250 deux-temps bicylindres (€ 1,2 million pour la location pendant une saison), et de ce point de vue, l’arrivée de la Moto2 fut une réussite. Le premier fournisseur de moteurs pour cette nouvelle catégorie fut Honda, donc le contrat se terminera fin 2018. D’une part selon Shuhei Nakamoto « fournir des moteurs à la Moto2 n’apporte absolument rien à Honda », et d’autre part le premier constructeur mondial interrompt la fabrication de ces groupes propulseurs. Enfin la gestion des moteurs, confiée autrefois à Geo Technology proche de certaines personnes de chez Honda, était passée chez ExternPro, plutôt proche de Dorna.
 
C’est donc l’occasion en 2019 pour un autre constructeur de prendre la place et de se construire un palmarès en GP pour pas cher. Prenons l’exemple de Triumph, dont on parle actuellement pour remplacer Honda. Le constructeur britannique n’a jamais gagné un seul Championnat du Monde, et n’est pas prêt d’y arriver à la régulière en développant une moto capable de battre les autres. La solution du fournisseur exclusif est donc excellente car elle permet (comme pour les pneumatiques, par exemple) de gagner des courses et des championnats sans forcer, avec un matériel très peu développé puisque sans adversité. Il suffit de donner des moteurs de route à ExternPro qui a l’exclusivité pour la Moto2, quelques pièces de rechange, et une certaine somme à l’organisateur.
 
Dans le cas de Triumph, il paraîtrait que l’accord a déjà été signé avec Dorna pour la fourniture à partir de 2019. C’est d’autant plus extraordinaire que le moteur n’existe pas. Il est question d’un 3 cylindres 750 cm3, extrapolé à partir du Daytona 675 actuel. Triumph a terminé en 2016 cinquième du classement constructeurs du Championnat du Monde Supersport avec 33 points (à 231 points du vainqueur Kawasaki).
 
En 2015, Triumph a fini 5e de ce même championnat (avec 10 points, à 227 du premier), et 5e également en 2014 (9 points contre 251 à Honda), 6e en 2013 (6 contre 270) et il faut remonter à 2012 pour trouver une 3e place avec 125 points, à 162 du vainqueur, et comme meilleur résultat une troisième place à Misano avec Baldolini à 20 secondes de Sofuoglu et Cluzel.
 
Photo : Luke Stapleford sur Triumph à Jerez en Supersport en 2016 (© PSP L Swiderek)