Maxime Berger : ''Nous, les pilotes qui venons du Superstock, ne sommes pas des charrettes''
Maxime Berger : ''Nous, les pilotes qui venons du Superstock, ne sommes pas des charrettes'' Pilote de la Ducati du team italien Supersonic, Maxime Berger a réalisé au Miller Motorsports Park lundi dernier sa meilleure journée de course depuis qu'il est en mondial Superbike. Onzième de la première manche à 2.3 de Marco Melandri, il confirmait en marquant les points de la quatorzième place lors de la deuxième course, à 3 secondes de Leon Haslam. Petit à petit, le jeune Bourguignon prend ses marques de belle manière dans la catégorie supérieure.
"Je ne connaissais pas le circuit et il m'a fallu dans un premier temps le découvrir. Lors de la première séance libre, j'étais logiquement assez loin au chrono. La qualif de l'après-midi n'a pas trop mal commencé. On a essayé différents braquets pour trouver une bonne base, puis mon mécano a décidé de changer l'amortisseur arrière. Mais il me restait ensuite peu de temps pour réaliser un tour rapide, d'autant qu'à Miller emprunter la voie des stands te coûte au moins une minute. Je n'ai pu faire qu'un tour avec le pneu le plus tendre et j'ai ainsi obtenu le vingtième temps, mais assez prêt des autres pilotes au chrono, ce qui, comme je ne connaissais pas le circuit, était plutôt positif.

"Le dimanche, il a plu toute la journée, donc les temps de la veille n'ont pas pu être améliorés et ils ont déterminé les qualifs. Je ne pouvais pas participer à la Superpole, mais j'en ai profité pour rouler sur le mouillé, ce qui ne m'était pas beaucoup arrivé jusqu'à maintenant. L'après-midi j'ai bien progressé en améliorant mes chronos du matin de sept secondes, ce qui ne me mettait pas trop loin des autres. 

"Lundi matin lors du warm up la piste était séchante et j'ai fait le dixième temps. C'était encourageant et ça m'a fait plaisir."

Puis en première manche, tu terminais à 2 secondes de Melandri. C'est bien…

"Ah oui, pas loin derrière Melandri, j'étais content. J'ai pris un bon départ et je ne me suis pas trop énervé. Mon objectif était de marquer des points. Melandri, j'aurais bien aimé le croquer, mais bon… il roulait quand même." 

En deuxième manche, tu terminais juste derrière Lascorz et Haslam…

"Oui, pas très loin d'eux, d'autant qu'ils ont remis un bon petit coup de fusil dans les derniers tours. Dans l'ensemble je suis content, car il y a deux semaines je m'étais abîmé le genou en faisant de l'entraînement physique. Une mauvaise chute et puis voila. Donc dans l'ensemble le résultat est satisfaisant en tenant compte du mal au genou et de la fatigue, car je suis arrivé le jeudi à 3 heures du matin. J'ai pu faire une nuit normale avant de commencer le week-end, mais ça a été assez fatiguant quand même. Tout a été bien géré. Pas de chute, malgré la pluie, je suis bien content."

Au niveau moto, on a été un peu inquiet vu de l'extérieur en début de saison en raison de quelques casses. Or ce week-end, il semble qu'il n'y ait pas eu de problème ?

" Ce week-end tout s'est bien passé, aucune casse. On a monté de nouveaux embrayages qui ont bien fonctionné. On n'a plus de casse mécanique. J'attends Misano pour marquer d'autres points et emmagasiner de l'expérience en course." 

Depuis que tu es en championnat du monde Superbike, c'est ton meilleur week-end, et de loin. As-tu l'impression d'avoir évolué ?

"Non, parce que ça fait un petit moment que je pense que je suis capable de rentrer dans les points. Il est vrai que ce week-end s'est bien passé, sans chute, sans casse, malgré un peu de malchance pour la qualif. Quand il n'y a pas trop de problèmes, on arrive à faire quelques résultats." 

Comment vois-tu la suite des opérations avec Misano et Aragon ?

"Je vais continuer de la même manière. Il serait bien de marquer des points dans les deux manches. C'est comme ça que tu acquiers de l'expérience. C'est ma première année en Superbike et pour le moment je n'ai pas encore fini beaucoup de courses dans cette catégorie en raison d'ennuis mécaniques. Devant moi, il n'y a que des motos officielles, des pilotes de grande expérience, donc il ne faut pas brûler les étapes. Ça ne sert à rien."

Ayrton Badovini, contre qui tu courais en tête du championnat Superstock 1000 l'an dernier, a obtenu deux excellents résultats à Miller (7e et 9e). Il est vrai que, contrairement à toi, il avait déjà roulé en Superbike auparavant. Ça te fait plaisir, ses bons résultats ?

"Ah oui ! C'est positif. Ça prouve que nous les pilotes qui venons du Superstock, on n'est pas des charrettes ! Quand on arrive en Superbike, on a notre place. Ça montre que si on nous donne du matériel, il y a moyen qu'on fasse des résultats. C'est vrai qu'il connait déjà son équipe depuis un petit moment. Sa moto aussi, parce que la base est la même, ça reste toujours la même machine, n'est-ce pas ? Et il a l'expérience du Superbike encore en plus. En début de saison, il n'a pas voulu faire de coups de folie, pas trop s'énerver, mais plutôt accumuler de l'expérience sans se prendre la tête. Et maintenant il essaie de faire des places. Lui comme moi sommes à un moment où il nous faut marquer des points - ce qui est déjà bien - et finir les courses. Il y a des week-ends où on peut montrer qu'on est là. C'est d'ailleurs ce que je vais essayer de faire lors des prochaines courses à Misano et Aragon."

Photo : Maxime Berger (© librelatitide.com)