Lucas Mahias parle de sa victoire de Jerez
DiversLucas Mahias parle de sa victoire de Jerez Dimanche dernier, Lucas Mahias s'est imposé en Moto2 devant le gratin du CEV. Dans des circonstances météo difficiles, il a faut preuve d'une excellente maîtrise pour monter sur la première marche du podium. On va revivre en sa compagnie ce week-end exceptionnel.
Les essais libres du vendredi
 
"On a eu une belle journée le vendredi sur le sec. On a bien travaillé en réglant la moto pour ces conditions. Mes chronos n'étaient pas spécialement top car je manquais pas mal de roulage sur le sec. Ces motos sont complètement différentes de nos machines de série, il faut freiner beaucoup plus fort, rentrer avec beaucoup de frein sur l'angle, ce qu'on n'a pas l'habitude de faire avec nos motos où c'est plutôt l'inverse quand il faut relâcher les freins pour entrer dans les virages. Je n'étais pas très satisfait des chronos le vendredi, mais l'équipe m'a dit de ne pas m'en faire car la pluie devait arriver pour le reste du week-end."
 
Les essais chrono du samedi
 
"Le matin il pleuvait, donc je ne me suis pas enflammé car il y a quand même beaucoup de niveau là-bas. J'ai roulé tranquillement, on a bien réglé la moto et je me suis fait plaisir sans chercher spécialement à faire des chronos. J'avais le premier temps pratiquement pendant toute la série sans vraiment forcer. Dès qu'il y en avait un qui parvenait à améliorer, je réussissais sans forcer à reprendre la tête. Mais je suis rentré un tour trop tôt le matin et le Sud-Africain Mathew Scholtz m'a pris la pole dans le dernier tour. L'après-midi, il avait trop plu pour pouvoir améliorer les chronos. Ce n'était pas spécialement loin, mais pas possible. J'ai quand même fait le meilleur temps de l'après-midi… dans le dernier tour, ce coup-là je ne me suis pas fait avoir ! C'est comme ça qu'on prend de l'expérience, la prochaine fois je ferai mes chronos jusqu'à la fin (rire)."
 
La course
 
"La course, ça a été génial. Déjà avant la course, le travail était plus ou moins fait. Mon but était de me faire remarquer là-bas et la course n'a été que du bonus. Ce que j'avais fait le samedi était très bien, donc je ne me suis pas mis la pression, en décidant de me faire plaisir et de voir ce qui se passerait. J'ai pris un bon départ, puis je me suis fait enfermer un peu dans le premier virage. J'avais peur de faire une erreur et je me suis dit que j'avais le temps – 17 tours, c'est long – donc j'ai repris la deuxième position, contrairement à l'autre qui était passé devant sans se dire qu'il y avait 17 tours et qui s'est envolé dès le deuxième virage (sourire). J'ai pris la mesure de la piste et j'ai continué à faire mon bout de chemin. J'ai creusé une avance de 3 secondes que j'ai réussi à maintenir un petit moment, mais après j'ai relâché la pression car j'ai senti que la piste commençait à sécher et j'avais peur de trop taper dans mes pneus. Ils sont revenus à 1,5 seconde et là je me suis dit qu'il fallait s'énerver. J'ai remis un bon coup de collier et repris jusqu'à 5 secondes d'avance, tout en refroidissant mes pneus dans les lignes droites. Dans le dernier tour, j'ai lâché complètement car j'étais terrorisé de faire une erreur. Pour moi c'était déjà gagné, ce que j'allais faire allait être énorme, donc j'ai lâché et ils sont revenus, mais je ne me suis pas inquiété car au bruit je savais que dans le dernier virage c'était bon. J'ai fermé la porte quand même. Il valait mieux gagner avec 6 dixièmes que se bourrer dans le dernier virage avec 3 secondes d'avance. Je suis content d'avoir bien géré ma course."
 
L'année prochaine
 
"J'ai fait une belle prestation, devenant le seul Français à avoir gagné en CEV, donc là-bas ils étaient tous contents. Gallardo, le boss de la Dorna pour le CEV, était ravi et il a clairement dit qu'il souhaitait que je roule l'année prochaine dans leur championnat, que ce soit en Moto2 ou en Stock Extreme. Donc j'espère que ça va bouger un peu de ce côté-là. J'ai eu quelques touches pour rouler en 1000 l'année prochaine, donc on va essayer de travailler en ce sens. J'ai vraiment envie de partir de la France pour aller rouler là-bas. Ce ne pourra être qu'une bonne expérience."
 
Photo : La conférence de presse à l'issue de la course (© Dorna)