Les Frenchies à Jerez
NEWSLes Frenchies à Jerez
Nos pilotes français nous ont fait un petit bilan de leurs derniers essais à Jerez, avant l’ouverture du championnat du monde des Grands prix, le 12 avril, au Qatar.
(Photo : Jules Cluzel a signé le 3e temps en 250)
Randy de Puniet, Team LCR Honda. MotoGP : 13e temps (1’40.646)
« Avant d'entamer la séance officielle de 45 minutes, nous avons plus particulièrement travaillé avec des gommes usées pour trouver davantage d'adhérence, et il semble que nous ayons résolu plusieurs points au niveau du châssis et des réglages de suspension. Tout ceci m’a donc permis de réaliser un bon temps avec des pneus usagés même si j'espérais faire mieux que ça avec les pneumatiques tendres pendant la session qualificative. J'aurais bien aimé être 3 ou 4 dixièmes plus vite que ça, mais je reconnais avoir commis une petite erreur dans mon tour rapide. Nous devons poursuivre notre travail car je suis vraiment convaincu que nous pouvons facilement combler l'écart qui nous sépare des pilotes de milieu de tableau. J'aimerais honnêtement pouvoir m’immiscer dans le top 10, ce qui devrait être réalisable avec le superbe boulot accompli par l'équipe afin de mettre à ma disposition la meilleure machine possible pour la première course au Qatar. »

Jules Cluzel, Team Matteoni Aprilia. 250cc : 3e temps (1’43.078)

« Je ne m’attendais pas du tout à ça, puisque je n’avais pas pu rouler avant Jerez avec ma moto et en plus je me suis cassé la main dix jours avant les essais. Je pensais que ces essais seraient juste une remise en route avant de commencer à régler la moto pour le GP du Qatar. Finalement, c’est allé plus vite que prévu et ça s’est super bien passé. J’ai une super moto et on est monté en puissance au fur et à mesure des 3 jours. Le châssis est très sain, niveau position on n’a rien touché et niveau performance elle marche super bien. On était vraiment surpris.
Le dernier jour, on a travaillé sur les pneus de course et les chronos étaient plutôt pas mal. En fin de journée, on a mis un pneu neuf pour aller chercher un chrono et j’ai signé le 3e temps. Je n’espérais pas faire ce chrono mais plutôt un gros 1’43. Quand j’ai vu 43’0 sur mon compteur, j’étais super content.
Maintenant, on va essayer de ne pas s’enflammer. Il ne faut pas partir en se disant que le podium est jouable, sinon ça va monter en l’air de partout. Il faut essayer de travailler correctement et sereinement, comme on a fait à Jerez, et d’assurer. Si on rentre dans les dix premiers, c’est déjà pas mal. »

Mike Di Meglio, Team Mapfre Aspar. 250cc : 12e temps (1’43.847)

« Je me sentais très bien sur ma machine ce matin lorsque j’ai fait une petite chute. On a perdu un peu de temps. Lorsque je suis reparti en piste, j’ai pu récolter de bonnes informations pour continuer à améliorer le train avant de mon Aprilia, qui me pose le plus de problème jusqu’à présent. Nous avons réalisé un travail formidable durant ces trois jours et on a un bon rythme de course. Au Qatar, je continuerai à prendre confiance en ma moto, tout en pilotant relâché afin de bien ressentir les choses. Parfois, je ne ressens pas complètement les limites de ma 250. Il me faut encore un peu de temps pour bien les cerner. Je vais profiter de cette semaine de repos avant le Qatar pour analyser tout ça et arriver là-bas le plus prêt possible. »

Johann Zarco, Team WTR Aprilia. 125cc : 13e temps (1’49.601)
« On a bien travaillé avec l’équipe durant ces trois jours de tests. La moto marche très bien et je suis content d’avoir signé le 13e temps de la dernière séance chronométrée. J’ai chuté durant la séance d’hier, mais rien de grave. On est sur la bonne voie avec les réglages et on va les affiner au Qatar. Il me tarde maintenant de faire mes débuts en championnat du monde. »

Alexis Masbou, Team Loncin. 125cc : 20e temps (1’51.506)
« Ces essais ont été très difficiles car la moto ne marche pas encore très bien. On a travaillé sur l’électronique et les cylindres pour essayer de faire progresser le nouveau moteur, mais on a eu beaucoup de pannes et de casses. Autant à Estoril, pour des premiers essais, ça ne s’était pas trop mal passé. Autant ici, on a vu la différence qui nous séparait des autres. Et toutes les galères que nous avons eues ne nous ont pas aidés au niveau de la confiance. On va essayer de trouver des solutions aux problèmes, notamment de fiabilité, mais il nous manque deux mois dans le développement, car la conception du moteur a pris plus de temps que prévu. Je crains que le début de saison ne soit très difficile. »