Les Ducati Panigale participeront aux tests de Phillip Island
Les Ducati Panigale participeront aux tests de Phillip Island Dans l'incapacité de développer ses 1199 Superstock 1000 cet hiver en Europe en raison du froid, l'équipe Liberty Racing a décidé d'envoyer ses Panigale en Australie pour que ses pilotes Brett McCormick et Federico Sandi puissent travailler dans de bonnes conditions.

C'est assez impressionnant car ça représente un gros investissement sur le plan financier. Mais il est quelque part assez indispensable de régler ces machines au mieux avant le début de la saison le 1er avril à Imola.
 
Les obstacles sont en effet nombreux pour la nouvelle Ducati : Sa partie-cycle est très différente des précédentes, le moteur amène beaucoup d'innovations et ses pilotes comme ses équipes en ignorent presque tout.
 
La production a commencé voici peu et donc le développement en circuit est limité aux quelques tours qu'ont effectué l'année dernière (surtout au Mugello) des pilotes comme Troy Bayliss, Carlos Checa et Davide Giugliano. Pour ce qui est des conditions propres au Superstock 1000 en Pirelli, tout reste à faire.
 
Une des autres difficultés vient du nouveau règlement qui limite le nombre de moteurs à trois par saison et par pilote. Il va falloir déterminer avec exactitude ce qu'il est possible de demander au moteur (régime maxi, richesse, frottements, températures, etc.) sans le pousser trop loin dans ses retranchements et risquer de manquer de groupes propulseurs en fin de saison. Ducati s'est bien sûr livré à des simulations de performance et d'endurance au banc, mais rien ne remplace un essai en circuit. Il est certain que le faire à Phillip Island revient cher, mais les dividendes peuvent être énormes.
 
Photo © Ducati