Le circuit de Carole par Patrick Piot
Le circuit de Carole par Patrick Piot Multiple vainqueur à Carole, Patrick Piot vous livre tous les secrets du circuit francilien. STATISTIQUES PISTE
Longueur : 2 055 m
Largeur : 9 m
Nb virages à gauche : 4
Nb virages à droite : 5

CHRONOS PROMOSPORT 2008 (qualifications) :
-  1000 : 1’03’’698 (Lionel Richier)
-  600 : 1’04’’115 (David Nivière)   
-  125 : 1’12’’633 (Arnaud Restani)

COORDONNEES DU CIRCUIT :                
Adresse : Circuit Carole – Rue Départementale 40 – 92290 Tremblay en France
Tél. /Fax : 01 48 63 73 54 / 01 49 89 02 57
Email : info@circuit-carole.com
Site web : www.circuit-carole.com 

LES CARACTERISTIQUES DU CIRCUIT PAR PATRICK PIOT :
« Au niveau du pilotage, c'est un circuit qui n’a pas trop d’intérêt, excepté la Parabolique et Alpha. C’est surtout un circuit de freinage car il y a des virages serrés qui suivent de longues lignes droites. C’est d’ailleurs à ces endroits-là que je conseille de doubler.
C’est un circuit très bien pour une journée libre, mais ses infrastructures inexistantes ne nous permettent plus d’y rouler en tout confort pour un week-end de course en championnat de France Superbike. Niveau grip, la piste n’est pas top, surtout sous la pluie ! Sur le sec, ça passe, même si le bitume est vieillissant. C’est un circuit très bien pour débuter, pour le loisir ou pour s’entraîner avec une 600cc. Pour les 1000cc, par contre, il n’est pas du tout adapté. Son point positif, c’est qu’on peut y rouler tous les jours, et en toute sécurité (il est tout à fait correct niveau sécurité). C’est la raison pour laquelle les pilotes parisiens qui y roulent souvent ont parfois réussi à se faire remarquer lors des courses là-bas »

UN TOUR AVEC PATRICK PIOT

Alpha : « Je freine au niveau de la ligne blanche de la sortie des stands. Une fois passé Alpha, je redresse vite la moto, car il y a un petit bout droit avant la chicane. J’accélère, la roue avant se lève et dès qu’elle a retouché le sol, je freine. Dans la chicane, en descente et en dévers, il y a une seule trajectoire. »

Pif Paf : « Je freine juste après le raccord de bitume. Il y a une tâche sur le goudron : il faut être entre les deux. Le déclenchement du virage se fait tard car le point de corde est très loin. Idem pour le Paf. »

Parabolique : « Je suis l’un des rares pilotes, je crois, à rentrer en 3e. Attention aux highsides entre le Paf et la Parabolique : j’ai déjà donné ! Dans la Parabolique, il y a plusieurs possibilités. Moi, je passe une vitesse en entrée et je ressors sur la bande de goudron, à l’exter. »

Ligne droite : « Elle n’est pas vraiment droite, donc il faut aller se placer sur la droite pour arriver au freinage la moto bien droite. Mon repère de freinage se situe entre les deux quilles. On atteint ici la plus grande vitesse de pointe du circuit : environ 240 km/h. Il y a deux possibilités pour le braquet : perso, j’opte pour le braquet en 5e et je ne passe jamais la 6e. »

Golf : « Je freine entre la 1ère et la 2e quille (il y en a trois). Il y a une plaque de goudron à l’entrée du virage : il faut passer dessus, c’est le point de déclenchement du virage. A la sortie, il y a encore une bande de goudron, on peut donc sortir plus large. »

Hôtel : Je freine juste avant les trois quilles. Je déclenche mon virage assez tard (au niveau de la ligne blanche) car là encore, le point de corde est loin. A la sortie, on sort sur le vibreur, puis on essaye de poser la roue avant au sol ! »

Note : Attention ! Patrick Piot est un pilote professionnel et expérimenté. Il nous donne ici sa description d’un tour rapide, sur une machine de Superbike. Ne suivez pas ses indications à la lettre (surtout les repères de freinage !) si vous n’avez pas l’expérience. Allez-y progressivement pour repousser vos limites, en choisissant vos propres repères.