Jerez trop étriqué pour les pilotes de MotoGP
Jerez trop étriqué pour les pilotes de MotoGP Selon Casey Stoner, Cal Crutchlow et Ben Spies, les nouvelles 1000 sont moins plaisantes à piloter à Jerez que sur des circuits plus longs et plus rapides. "Avec la puissance et la vitesse de ces motos, on a l'impression que Jerez est une piste de karting", explique le Britannique du team Tech 3. "On a rarement les gaz ouverts à 100% maintenant à Jerez, et la moto veut sans arrêt partir en wheelie. Franchement, on en a plein les bras en sortant des virages lents. Quand tu arrives de Sepang qui est un circuit rapide et plus long de 20 secondes au tour, Jerez a l'air d'un tourniquet."
 
"Il est certain que quand nous arriverons sur les circuits plus rapides, ce sera beaucoup plus amusant, confirme Casey Stoner. On pourra alors vraiment utiliser la pleine puissance des moteurs. A Jerez, piloter ces grosses motos est frustrant parce qu'on est tout le temps en ouverture partielle de la poignée de gaz.
 
"Tu ouvres, tu fermes, d'un virage à l'autre, et il n'y a aucun endroit où tu peux vraiment utiliser la puissance de ces motos. Tu es sans arrêt en train d'essayer de l'empêcher de faire des wheelies.
 
"Ce circuit est trop petit, surtout pour les grosses motos, estime l'Australien. Tu ne te sers même pas de la sixième vitesse. Je crois que même à Laguna Seca la vitesse de pointe doit être légèrement supérieure."
 
Pour Ben Spies, par rapport à l'année dernière "les 800 n'avaient pas autant de couple. La puissance arrivait plus brutalement, comme avec une 250. La 1000 est plus facile à piloter quelles que soient les conditions, sèches ou humides. Physiquement, elle est plus demandant au freinage, au changement d'angle et surtout pour plaquer ce foutu truc par terre en sortant des virages. Mais dans l'ensemble la puissance répartie sur une plage plus large rend la moto plus facile à conduire. Il y a beaucoup de puissance, mais elle est délivrée progressivement et de manière constante."
 
Il n'y aura plus en 2013 que deux Grands Prix en Espagne au lieu de quatre actuellement, pour faire de la place aux GP d'Argentine et du Texas. On ne sait pas encore quels seront les deux épreuves espagnoles qui seront rayées du calendrier. Mais d'après ce que semblent vouloir dire les pilotes de MotoGP, si c'est Jerez qui disparaît, ils ne seront pas inconsolables.
 
Photo : Cal Crutchlow à Jerez (© PSP Stan Perec)