Jeremy Burgess : « Pas de panique pour le test de Rossi sur la Ducati »
Jeremy Burgess : « Pas de panique pour le test de Rossi sur la Ducati » D’après le responsable technique australien de Valentino Rossi, il ne faut pas s’inquiéter trop vite des temps modestes réalisés lors des premiers essais avec la Desmosedici. La situation était pourtant source d’inquiétude à Valencia quand Rossi ne put réaliser que le quinzième chrono. Mais Burgess, qui après Honda et Yamaha a suivi Valentino chez Ducati, explique qu’il faut une période d’accoutumance et qu’il n’était pas indispensable d’essayer de battre les plus rapides.

« Il n’y a pas de raison de paniquer, malgré les résultats exceptionnellement modestes de Valentino lors de ces tests, a déclaré Burgess. Tout était nouveau pour lui, pour moi et pour toute l’équipe. Nous nous sommes retrouvés avec une moto – et donc avec une méthode de travail - très différentes des Japonaises. La Ducati réagit à sa manière et c’est donc le moment de rester calme pour bien comprendre son fonctionnement.

« Après des années avec des motos japonaises, dont sept avec des Yamaha, ce fut un choc de culture pour Valentino que de passer chez Ducati. La moto est beaucoup plus physique. Nous devons nous focaliser maintenant sur la manière de la faire tourner avec la précision requise. Pour faire virer cette Ducati, il faut fournir un effort physique plus important que celui auquel Valentino est habitué… et on ne s’y attendait pas.

« Tout le monde aime bien être en haut de la feuille après chaque séance d’essai, mais je savais que Valentino n’était pas là pour ça : il voulait piloter la moto pour la comprendre, pas pour faire le record du tour. Il est resté à l’intérieur des limites, il n’a pas piloté comme ça aurait été le cas lors d’un week-end de course.

« Enfin, il ne faut pas oublier son épaule. Valentino s’est cramponné pour finir la saison, et les deux jours de test supplémentaires ont demandé encore plus d’efforts à son épaule déjà souffrante. Le deuxième jour, il pouvait difficilement faire trois ou quatre tours de suite, même sans attaquer. »

Source : Autosport

Photo : Jeremy Burgess en discussion avec Wayne Rainey, lors du GP des USA 2009 (© PSP Stan Perec)