Interview Valentino Rossi
Interview Valentino Rossi Juste avant de reprendre le guidon de sa Yamaha M1, Valentino Rossi a répondu à quelques questions que se posaient les journalistes.


Valentino, qu’as-tu fait pendant l’intersaison et quelle a été la part de vacances et d’entraînement ?

Je dirais 50/50. Je suis allé à la montagne avec mes potes et on a fait du snowboard. C’est mon sport d’hiver préféré. Mon entrainement durant l’hiver est très différent de celui que je fais durant la saison. Mais quoi qu’il en soit, je ne m’arrête jamais de m’entraîner, car il serait trop dur, sinon, de piloter à nouveau la moto.

Comment te prépares-tu avant une nouvelle saison et est-ce que s’entraîner est important ?

Oui, s’entraîner devient de plus en plus important, car les MotoGP sont de plus en plus difficiles à piloter : il faut de la force et de la résistance pour les piloter à 100% pendant 45 mn durant une course. Quand vous commencez une nouvelle saison, vous devez aussi être à 100% de votre forme, car avec la concurrence qu’il y a, vous ne pouvez pas vous permettre de rater une seule course. En ce qui concerne la salle de sport, mon programme est assez basique, avec des poids pas trop lourds.  Par contre, je fais régulièrement du motocross ou du supermotard près de chez moi, à la « cava », afin de ne pas perdre le feeling avec la poignée de gaz.

Qui sera, selon toi, le plus dur à battre cette année : Jorge, Casey, ou Dani ?

C’est difficile de dire maintenant qui sera l’adversaire le plus dur à battre cette saison. Ils sont tous au même niveau en ce qui concerne le talent et la rapidité et c’est très difficile de battre chacun d’entre eux. Ce sont les motos, je pense, qui feront la différence.

Tu n’as pas caché que tu n’étais pas content concernant la nouvelle réglementation sur la limitation à 6 moteurs par saison. Que changerais-tu, si tu le pouvais ?

Je pense que cette réglementation n’est pas fantastique pour le MotoGP. Ça va rendre la vie de tout le monde beaucoup plus difficile. Six moteurs par saison, en MotoGP, c’est trop juste. Cette règle a été adoptée pour réduire les coûts, mais je pense que le nombre de huit moteurs aurait été plus judicieux et moins risqué. Les pilotes devront être très prudents pour économiser leurs moteurs et arriver jusqu’à la fin de la saison avec les six moteurs prévus.

Quels développements as-tu demandé cette année sur ta Yamaha M1 ?

Pour améliorer la M1, on s’est concentré sur deux choses : nous avons beaucoup travaillé sur le châssis testé à Valencia afin de le rendre encore plus stable et d’en améliorer la traction, et nous avons travaillé sur le moteur, ce qui était le plus important cette année. Nous avons besoin d’un moteur plus puissant, mais aussi avec une plus grande longévité. Je sais que ce n’est pas facile pour Yamaha, mais ils ont travaillé très dur cet hiver pour y arriver.

Après tes nouveaux essais au volant de la Ferrari, les gens demandent si tu iras en F1 un jour. Quelle est ta réponse ?

J’ai effectivement eu la chance de piloter la Ferrari F1 à Barcelone récemment. C’était génial, je me suis beaucoup amusé et les essais étaient plutôt réussis, avec de bons chronos à la clé. Mais je crois qu’il sera difficile de me voir un jour en Formule 1.

Que penses-tu du retour de Schumacher en F1 ?

C’est une décision à la fois intéressante et curieuse. En tous cas, ce sera sympa de voir à nouveau Michael au volant d’une F1 et s’il pourra être aussi rapide que lorsqu’il s’est retiré.

Pourrais-tu imaginer de faire la même chose en MotoGP ?

Je ne sais pas. C’est une question difficile. Beaucoup de grands sportifs comme Michael Jordan ou Armstrong se sont retirés de la compétition puis sont revenus. Honnêtement, pour l’instant, je n’ai aucune envie de m’arrêter, mais le jour où je le fais, ce sera pour faire autre chose.

Tu peux nous donner un indice sur tes futurs projets ?

La seule chose que je peux vous dire, c’est que je suis en train de me faire construire une nouvelle maison. Pour le reste, je ne peux rien vous dire car je n’ai rien décidé encore !


Interview réalisée par le service presse de Yamaha, suite à l'envoi de questions de divers médias internationaux, dont le magazine Sport-Bikes.