Interview Toni Elias : « La Moto2 est une petite MotoGP »
Interview Toni Elias : « La Moto2 est une petite MotoGP » A l'occasion des essais de Jerez, nous avons interviewé Toni Elias en exclusivité pour www.sport-bikes.fr.
Toni Elias, pilote du Team Gresini en Moto2, a signé le meilleur chrono des trois jours de tests au guidon de sa Moriwaki.

Toni, tu passes d’une MotoGP à une Moto2. Ça doit te changer !

Au niveau du châssis et du poids, elle est très similaire à une MotoGP car elle est rigide et on passe de 148 à 140 kg. Pour la plupart, il n’y a même que 3 kg de différence. Par contre, même si le moteur fonctionne de la même façon parce que c’est un 4-temps, la puissance n’a vraiment rien à voir. Je dirais c’est une petite MotoGP, avec beaucoup moins de puissance.

Et puis sans aides électroniques…

C’est vrai, il faut gérer nous-mêmes le frein moteur et les glisses, ainsi que l’accélération. Moi ça va, j’ai de l’expérience, mais pour les jeunes pilotes, ce n’est pas facile. Je pense néanmoins que ce sera une bonne école pour les jeunes pilotes. Ça leur apprendre à gérer tous ces paramètres, parce que après, quand ils arrivent en MotoGP, l’électronique le fera pour eux.

Et côté trajectoires ?

C’est entre le MotoGP et la 250. Avec les Moto2 il faut avoir une bonne vitesse de passage en virage, car le moteur n’accélère pas très fort. Et puis on prend moins d’angle qu’avec la MotoGP. C’est une moto qui a quand même plus de puissance qu’une 125 et il faut donc la relever en sortie de virage pour accélérer.

Tu as tout de suite été l’un des plus rapides en Moto2. Tu penses que ton gabarit peut aussi t’aider à faire la différence, en plus de ton expérience ?

C’est certain que d’arriver du MotoGP aide beaucoup, tout comme peser 59 kg est mieux que d’en peser 75 kg. Mais on a encore beaucoup de travail à faire sur la moto et je pense qu’on peut encore s’améliorer. Avec ce mauvais temps cet hiver, on n’a pas vraiment pu travailler comme on voulait.

Les motos glissent beaucoup en Moto2. Sont-elles quand même amusantes à piloter ?

Oui, c’est vrai qu’on glisse beaucoup et ça me rappelle les MotoGP d’il y a trois ans, avant qu’on passe aux 800 et que le traction control soit aussi présent. Il est impossible aujourd’hui de glisser en entrée de virage avec une 800 à cause du traction control. C’est dommage, car ce n’est marrant ni pour les pilotes ni pour les gens qui regardent. Avec les Moto2, ce sera différent. Suivant les réglages, on pourra avoir de bonnes glisses en entrée de virages et même en sortie parfois. Avec les glisses et le bruit, ça devrait faire un beau spectacle.

Et puis avec 40 pilotes au départ, il va falloir jouer des coudes, non ?

Je ne pense pas qu’il faille être plus agressif. Au contraire, il faudra faire très attention car on n’a qu’une moto chacun et il faudra mieux ne pas trop chuter. Il faudra aussi faire de bons chronos aux essais pour bien se qualifier devant. Si vous vous retrouvez sur la 3e ou la 4e ligne, là c’est un gros soucis.