Interview Randy de Puniet : « Je suis prêt »
Interview Randy de Puniet : « Je suis prêt »

Alors que le clan Honda semble batailler avec la nouvelle Honda RCV, Randy de Puniet et son équipe semblent avoir mis le doigt sur les bons réglages. Notre Français a une belle carte à jouer dès ce premier Grand Prix.

Les essais hivernaux se sont mieux terminés qu’ils n’avaient commencé. Peux-tu nous expliquer comment ça s’est passé ?

Déjà, chaque année, on rencontre des problèmes à Sepang, donc on a décidé de ne pas s’affoler. Puis lors des quinze dernières minutes des seconds tests en Malaisie, on a trouvé un réglage de dernière minute qui s’est avéré très bon : mes pneus étaient morts, mais j’étais quand même très à l’aise sur la moto puisque j’ai fait les mêmes chronos qu’avec les pneus neufs. Honnêtement, on a gagné 6 ou 7 dixièmes, ce qui nous faisait remonter à la 6e ou 7e place, mais il n’y avait que nous qui le savions. Quand on est arrivé au Qatar, on n’a pas touché à la moto et ça a tout de suite été bien. La première journée, j’étais 3e ; le lendemain, j’ai fait une super simulation de course, puis j’ai été gêné dans mon tour rapide, sans ça, je finissais 4 ou 5e. On a vraiment pu commencer à bosser, à peaufiner la moto. Je me sentais chez moi.

On dit de cette nouvelle Honda RCV qu’elle est compliquée à régler, c’est vrai ?

Déjà, il n’y a pas une vis identique à celle de 2009, rien. Il a donc fallu la découvrir, l’apprendre, prendre son temps. Au niveau de l’électronique, on a beaucoup plus de choix. C’est donc un peu plus long de mettre le doigt dessus. On a réussi à trouver le bon setting, celui qui nous fait économiser les pneus, et l’essentiel était d’être prêt pour ici. Maintenant, rien ne dit que ça marchera sur tous les circuits. Mais ça a marché à la fin à Sepang, ça marche au Qatar, donc ça a des chances que ça fonctionne partout.

Tu as donc l’air d’apprécier cette nouvelle Honda. Sur quels points est-elle mieux que l’ancienne ?

Elle use moins les pneus, elle est plus stable au freinage, on va plus vite en vitesse de pointe. Pour moi, elle est mieux partout. Maintenant, comme je t’ai dit, il faut trouver la bonne base.

Quels objectifs vises-tu cette année ?

On verra après 4-5 Grands Prix, mais l’objectif est bien sûr d’être dans les premiers privés. Il y aura des courses avec, des courses sans durant lesquelles il ne faudra pas se mettre à plat et essayer de ramener quelques points. On verra bien, l’objectif est d’être le plus près possible des 4 top pilotes. Je m’attends à l’une des plus dures saisons de ma carrière car il n’y a pas de mauvais pilotes et les motos sont vraiment très très proches.

Les rookies, tu les vois comment ? Aussi doués que la génération Lorenzo, Stoner ?

Non, je pense que ce n’est pas la même génération. Là, à part ben Spies, ils avaient l’air un peu en difficultés, mais il peut y avoir des surprises.

Photo : LCR