Interview Randy de Puniet : « C’est rien comparé à ma blessure de l’an dernier »
Interview Randy de Puniet : « C’est rien comparé à ma blessure de l’an dernier »

Randy de Puniet est rentré en France mardi afin d’attaquer sa rééducation et être prêt pour Brno. Ce qui lui fait 27 jours pour récupérer, tandis que Rossi en a eu 40. Quand on dit que Randy est un dur au mal, ce n’est vraiment pas un vain mot… Interview exclusive pour Sport-Bikes.fr !

Salut Randy. Alors, comment ça va et comment vas-tu organiser ta rééducation ?

J’aimerais pouvoir te dire que ça va, mais ce n’est pas vraiment le cas. Pourtant, il faut faire avec ! Pendant 10 jours, je vais aller chez le kiné le matin pour faire diminuer l’hématome et en chambre hyperbare l’après-midi. Etre enfermé pendant 1h30 dans un caisson à rien faire, c’est un peu pénible, mais ça accélère la cicatrisation, bien que ça n’aide pas à la calcification. En tout cas, ça me remplit bien les journées. Dans une semaine, ils vont m’enlever les points et j’espère pouvoir aller nager et réattaquer le sport. Le problème, c’est qu’ils ne m’ont pas mis de plaque sur le péroné et je ne vais pas pouvoir faire grand-chose. Au début, je ne pourrai faire que des sports sans charge, comme la natation, et malheureusement pas de vélo tout de suite. Faut être vigilant car comme le péroné n’a pas été rattaché, ça risque de recraquer.

Tu as consulté tes médecins habituels. Qu’ont-ils pensé de ton opération ?

Oui, j’ai fait le tour de mes docteurs. Ils m’ont dit que ça s’était bien passé, mais le péroné pas attaché, il y en a qui sont pour et d’autres qui sont contre. C’est comme ça, il faut faire avec.

Cette fracture tibia/péroné est-elle pire que ta blessure à la cheville de l’an dernier ?

(Catégorique) Ah non ! C’est beaucoup moins grave parce qu’il n’y pas d’articulations, ni de ligaments touchés. Maintenant, je m’en serais bien passé quand même !

Rossi a mis 40 jours pour revenir, toi tu as dit vouloir revenir à Brno après seulement 27 jours, ça fait court, non ?

Ouais, c’est court, mais ce que j’ai vécu l’année dernière avec ma cheville en seulement douze jours était bien pire. Je pense être capable de revenir dans 27 jours. Je vais tout faire pour essayer d’être là à Brno, mais s’il y a un risque quelconque pour ma santé, je ne le prendrai pas. Il vaut mieux rater une course de plus et revenir quinze jours après en forme que de risquer d’avoir de gros soucis plus tard.

Tu t’étais déjà cassé le tibia : c’était quand et quelle jambe ?

Il y a 10 ans et c’était déjà la jambe gauche, malheureusement. Mais la fracture était beaucoup plus haut. J’avais re-roulé au bout d’un mois et demi. J’étais jeune, c’était la première fois que je me blessais vraiment… Maintenant, j’ai plus d’expérience ! C’est ma troisième fracture à cette jambe !

Tu avais 190 départs consécutifs en Grands Prix. Tu vas donc rester troisième derrière Rossi et Biaggi. Ça t’embête ?

Non, ce ne sont que des statistiques, je m’en fous… Ce qui m’embête par contre aujourd’hui c’est de rater ce GP d’Allemagne puis celui des Etats-Unis car je perds beaucoup de points au championnat alors que j’étais super bien placé (4e à égalité de points avec Hayden avant le Sachsenring, ndlr). Je croyais que cette année allait être une saison pleine, mais encore une fois, non. C’est comme ça, c’est la vie.

Roger Lee Hayden va te remplacer à Laguna Seca ce week-end. Tu regarderas la course ?

Je ne sais pas. (Rires) Je ne sais pas comment je vais réagir ! Je sais que demain les essais commencent et ça ne va pas me faire rigoler. De voir tous les autres faire la course et moi rester à la maison, ça va faire bizarre, car je n’ai jamais vécu ça. Si je suis devant une télé, je regarderai peut-être, mais je ne vais pas chercher une télé à tout prix pour voir la course. Pour le moment, j’ai Brno dans la tête et je ne pense qu’à ça, je ne veux pas me dire que je rate une course.

Allez, on te souhaite tout plein de courage pour ta rééducation Randy !

Merci ! Ciao.