Interview Jules Cluzel : ''Je compte beaucoup sur cette saison pour repartir de plus belle''
Interview Jules Cluzel : ''Je compte beaucoup sur cette saison pour repartir de plus belle'' Jules passe cette année du championnat du monde Moto2 au championnat du monde Supersport. Quelle est son point de vue par rapport à cette nouvelle situation ?
"Ça n'a pas été un hiver facile. Il a fallu prendre des décisions. Avant tous ces changements, mes objectifs étaient d'être champion du monde en Moto2 et aussi un jour en MotoGP, donc des objectifs très relevés. Je n'ai pas envie de les mettre à la baisse parce que c'est ce qui me donne l'envie de courir. Il a fallu réfléchir à une alternative pour peut-être mieux rebondir, parce que pour moi en Moto2, vue la saison 2011 difficile, il était compliqué d'avoir un bon guidon dans de bonnes conditions. Et déjà d'avoir un guidon parce que les budgets sont énormissimes. Il a fallu réfléchir à autre chose et le Supersport se présentait pour moi comme la première possibilité.
 
"Eric Mahé, mon manager, a cherché ce qui était possible et on a trouvé un accord avec WTR. Quand j'ai appris qu'ils allaient rouler en Supersport, ça m'a plu de chercher à savoir ce qu'ils en pensaient parce que je connais bien le patron, Loris Castellucci. Depuis que j'ai commencé à courir en 2006, je le croise, c'est quelqu'un de souriant, gentil, motivé et que je trouve agréable. Pour rouler depuis autant de temps, assez difficilement car je pense qu'ils ont un peu de galères, il faut être très motivé. Et moi je le suis aussi, je compte beaucoup sur cette saison pour repartir de plus belle.
 
"Le challenge est nouveau pour eux comme pour moi et je pense que c'est pas mal. J'espère que ce sera un bon choix, même si ce ne sera pas si facile que ça parce que je ne sais pas du tout à quoi m'attendre. On va bosser, moi je vais bosser dur personnellement, je vais me concentrer sur moi et j'espère que le matériel sera à la hauteur.
 
Toi comme WTR arrivez en Supersport. Profiterez-vous de l'expérience de techniciens ou d'un coéquipier qui connaissent le championnat ?
 
"Ils ne savent pas encore qui sera le deuxième pilote. Il y en aura un, c'est sûr, et je pense que ce sera un jeune. Maintenant, des personnes d'expérience je pense que ça ne veut rien dire car il faut d'abord des gens motivés. Automatiquement, quand les gens sont motivés on trouve des solutions et on avance dans la bonne direction. Je ne sais pas exactement qui composera mon équipe technique. Je sais que je roulerai avec une Kawasaki qui est une moto performante. Je pense qu'il y aura des gens expérimentés à nos côtés, mais pour moi ce n'est pas le plus important. Je veux progresser et me servir de cette saison pour travailler sur mes problèmes, et à la fin de la saison être bien placé et voir ce qui se présente.
 
Quels résultats espères-tu ?
 
"J'espère me faire plaisir, déjà en premier, et quand je me fais plaisir tout est possible ! (rire) Je n'ai pas pris tant de plaisir que ça lors de la dernière saison en Moto2 car j'ai fait des erreurs en début de saison qui m'ont coûté très cher pour la deuxième partie du championnat. Ces erreurs sont faciles à analyser : je n'ai pas été lucide du tout. J'espérais être champion du monde, alors que je pouvais finir des courses dans les cinq premiers – ce qui était déjà très bien vue ma deuxième partie de saison – et ensuite on a tout changé, on a fait n'importe quoi. Ça ce n'est pas à recommencer. Il faut être lucide, c’est-à-dire moi de me concentrer sur mon pilotage et de faire de mon mieux avec ce que j'aurai. Si j'arrive à faire ça, automatiquement le matériel progressera. Je vais me concentrer là-dessus. Et je pense qu'il est possible de gagner des courses, c'est l'objectif."
 
Photo : Jules avec Eric Mahé lors des tests de Jerez en mars 2011 (© PSP Stan Perec)