Interview Freddy Foray : ''De l'avant, j'étais tout le temps terrorisé''
Interview Freddy Foray : ''De l'avant, j'étais tout le temps terrorisé'' Lors de la deuxième course du British Superbike à Thruxton, Freddy a chuté assez sèchement. Les nouvelles étaient incertaines et nous l'avons donc contacté, en profitant pour suivre avec lui son évolution chez les Britanniques.  D'abord Freddy, comment ça va ?
 
"C'est bizarre, car en fait je n'ai rien. J'ai pris un gros coup et sur le moment j'avais mal. Je vais avoir des difficultés pour me lever demain matin, mais il n'y a rien de grave.
 
Comment se sont passés les essais ?
 
"Du début à la fin, ça a été l'horreur. Le circuit était sympa, mais je n'avais aucun feeling sur la moto. De l'avant, j'étais tout le temps terrorisé, donc je perdais beaucoup de temps dans les parties rapides. Lors des qualifs, on a fait un mauvais choix de pneu avant.
 
Comment se sont déroulées les courses ?
 
"Pour la première, je n'avais toujours pas de feeling de l'avant. C'était un peu mieux, mais j'étais encore terrorisé, je n'avais aucune confiance. Pour la deuxième manche, on a changé les réglages, et là ça allait mieux. Le feeling avec l'avant était nettement meilleur. L'origine du problème est qu'avec la Suzuki, je roulais toujours sur l'arrière, car si tu mettais la Suzuki sur l'avant, tu tombais. La Kawasaki, c'est l'inverse. Pour la deuxième course, j'étais inquiet car on avait mis la moto franchement sur l'avant et je redoutais de tomber. Mais dès que je suis sorti des stands, je me suis rendu compte que c'était beaucoup mieux.
 
"Au deuxième tour, dans le premier gauche, les deux pilotes devant moi en se doublant se sont un peu écartés. Donc moi j'ai croisé la trajectoire pour bien réaccélérer et leur faire le bout droit avant la chicane. En penchant plus à gauche pour accélérer, la moto a fini à l'équerre. Le pneu n'était sans doute pas assez chaud. Comme on avait tout mis sur l'avant, le pneu arrière chauffait moins.
 
"On va bientôt recevoir de nouvelles pièces et faire des essais. On a besoin de rouler. Je n'étais pas loin en qualif, à 1.5. Maintenant, avec du feeling de l'avant, ça va aller mieux et je ne me ferai plus surprendre comme lors de la deuxième manche. Mais je ne pouvais pas savoir que le SC2 chauffait moins avec la Kawa.
 
"Le plus important, c'est que j'ai compris que mon expérience avec la Suz, au niveau des réglages, il ne faut plus que j'y pense. C'est vraiment totalement différent."
 
Photo : Freddy Foray et Noriyuki Haga