Interview Carlo Pernat : ''Simoncelli peut gagner ici''
Interview Carlo Pernat : ''Simoncelli peut gagner ici''

Manager de Simoncelli et de Capirossi, Carlo Pernat a accepté de nous raconter, avec toute la franchise que le caractérise, comment ses deux pilotes vivaient cette saison, entre la montée en puissance controversée de Simoncelli et la fin de carrière difficile de Loris.

Marco Simoncelli est sous les feux de l'actualité et de la controverse depuis son accrochage avec Pedrosa au Mans. Comment vit-il tout cela ?

Déjà, je dois dire que Marco est un garçon qui m'impressionne beaucoup, car s'il n'a que 24 ans, il a la maturité d'un homme de 30 ans. Il vit cette période avec beaucoup de calme, c'est même lui qui rassure son équipe quand ça ne va pas, et il est totalement concentré sur son week-end de course, même s'il sait bien qu'il sera davantage sifflé qu'applaudit ici. Il travaille pour gagner. Et pour moi, Marco peut gagner ici.

Il est quand même accompagné de deux gardes du corps ce week-end…

Oui, Marco a reçu via internet des menaces de mort juste après son accrochage avec Pedrosa au Mans. Je les ai vues, et elles sont très choquantes. La police a donc estimé qu'il était plus prudent de le mettre sous protection pour le Grand Prix de Catalogne. Mais Marco ne se préoccupe pas de tout ça. Il prend ce week-end comme une course normale. C'est davantage son entourage et surtout ses parents qui ont été choqués par ces menaces.

C'est incroyable toute cette polémique autour d'un accrochage somme toute banal dans une course.

Oui, et je pense que tout cela est plus politique qu'autre chose et il y a beaucoup d'incohérence dans tout ce qu'il se passe en ce moment. Stoner n'a qu'une amende de 5000 € alors qu'il donne un coup de poing à De Puniet et Marco écope d'une pénalité sur un dépassement. Ok, il a fait une erreur. Il était beaucoup plus rapide que Dani et il aurait pu attendre un peu pour le passer. Mais je ne pense pas que cela mérite un ride through puis une convocation à la direction de course deux semaines plus tard. Si Dani ne s'était pas blessé, il ne se serait rien passé. Il fallait un coupable, et c'est sur Marco que c'est tombé.

Passons à Loris (Capirossi). Il vit une fin de carrière difficile. Tu penses que c'est sa dernière saison ?

On en a discuté et il se donne jusqu'à juillet-août pour prendre sa décision. Il a une option pour l'an prochain chez Pramac. Loris aimerait bien piloter la 1000 car il sait que cette machine lui conviendrait mieux, mais il faut savoir s'il en est encore capable.

Que penses-tu de la situation chez Ducati ?

Cette année, les Honda ont énormément progressé, les Yamaha sont toujours très bonnes et la Ducati n'a pas changé depuis 2008. Le problème de Ducati, c'est Stoner. Casey a été à la fois un bien et un mal pour Ducati. D'un côté il leur a apporté un titre mondial et des victoires, mais de l'autre, son talent inné à s'adapter à n'importe quelle moto et son pilotage très particulier n'a pas fait progresser la Ducati. Personne n'a jamais pu piloter cette moto comme lui. Tous ceux qui l'ont essayée s'accordent à dire que cette moto est vraiment bizarre et que Stoner est un fou : Loris, Gibernau, Melandri et même Rossi quand il l'a essayée pour la première fois à Valencia. Je pense qu'il ne s'attendait pas du tout à ça. Aujourd'hui, Ducati se concentre totalement sur Valentino et c'est normal. Mais je ne pense pas qu'il arrive à gagner cette année à la régulière, même s'il pilote sa moto à 120%. Même s'il a fait un podium au Mans, il termine encore à 15 secondes du vainqueur, comme au Qatar. Donc c'est qu'il n'y a pas de réel progrès. Il faut regarder les écarts, pas les positions. Le problème, c'est qu'aujourd'hui, Ducati est obligé de gagner au moins une fois avec Rossi. Ils sont donc obligés de changer le châssis, le moteur, alors que l'an prochain on passe aux 1000. Tout cela leur coûte une fortune. Pour moi, c'est l'année la plus difficile pour Ducati. La 1000 sera probablement plus favorable au pilotage de Rossi. Je pense qu'ils ont compris qu'il fallait miser sur l'an prochain.

Photo : Carlo Pernat avec Loris Capirossi (PSP Stan Perec)


Les ombrella girls ont laissé la place à deux garde du corps devant le box de Simoncelli.