Interview : Le nouveau patron de Pirelli moto
Interview : Le nouveau patron de Pirelli moto Uberto Thun-Hohenstein est le nouveau boss pour la moto au sein du groupe Pirelli, ou, pour être précis, le "Senior Vice President" de la "business unit moto". Nous avons souhaité vous présenter cet homme dont les décisions pèsent désormais lourd dans le domaine de la moto. Qu'avez-vous fait avant d'être nommé à ce nouveau poste ?
 
"Je travaille pour Pirelli depuis 25 ans. J'étais spécialisé auparavant dans les pneus pour automobiles. J'ai occupé différents postes, dont pendant 11 ans à l'étranger : 5 en Autriche et 6 en Allemagne, chargé du marketing.
 
Quelle est l'importance du championnat du monde Superbike pour Pirelli ?
 
"Il est très important, je dirais même que c'est notre activité la plus importante dans le domaine de la compétition moto. Nous y croyons beaucoup car nous y sommes présents depuis de nombreuses années en tant que fournisseur exclusif des pneumatiques. Nous en sommes très satisfaits car tout d'abord il s'agit de motos dérivées de la série, proches de la production. Avec tout ce que nous faisons en termes de gommes, de matériaux et de constructions, nous pouvons immédiatement transférer nos connaissances ainsi acquises dans nos pneus de route. Nous courons avec ce que nous vendons, nous vendons ce avec quoi nous courons.
 
Vous fournissez également la F1. Quelle est l'importance pour l'image de Pirelli ? En fait, ça vous amène quoi ?
 
"C'est le sport mécanique numéro un. Son rayonnement s'étend au monde entier, en particulier aux marchés au développement rapide comme l'Asie. La F1 amène une grande visibilité, dont de bonnes retombées grâce à la télévision. Cela nous permet également d'améliorer nos relations avec nos clients que nous invitons sur les courses. C'est une bonne opportunité pour développer la notoriété de notre marque. L'équipement pneumatique que nous fournissons à cette occasion est destiné à améliorer le spectacle, avec notamment les changements de roues aux stands.
 
Concernant le championnat du monde Superbike, combien de temps Pirelli restera-t-il encore engagé dans ce championnat ?
 
"Nous venons de renouveler notre accord pour les trois prochaines années, mais je pense que nous y sommes pour toujours. Il y a beaucoup d'enthousiasme en mondial Superbike et nous sommes très proches de ces gens qui peut-être le week-end suivant participeront eux-mêmes à une course.
 
Vous participez également au championnat du monde d'endurance. Y est-il intéressant de lutter contre les autres manufacturiers ? (ndlr : Pirelli vient de gagner le Bol d'Or avec Kawasaki)
 
"La plupart des championnats les plus importants sont en mono-marque et il est intéressant comme en endurance de défier les autres manufacturiers. C'est également une grande satisfaction que de pouvoir gagner des courses importantes.
 
Et vous, que préférez-vous, un manufacturier unique ou la présence de plusieurs ?
 
"Dans certains cas, en raison des coûts, il est préférable de n'en avoir qu'un seul. Dans la situation actuelle, il faut pouvoir garder les coûts à un niveau bas. Ce n'est pas le cas quand on développe des pneus pour chaque course. Ce n'est pas que nous ne le faisons pas, car notre développement est continu. Phillip Island, Imola, Monza et Assen sont des circuits très différents, qu'il s'agisse du tracé ou du revêtement. Nous développons donc en permanence de nouveaux pneus, mais sans rentrer dans l'exagération, ce qui ferait augmenter les coûts.
 
Comment voyez-vous l'avenir de Pirelli en compétition moto ?
 
"Le sport mécanique fait partie de nos gênes. Nous avons fêté il y a deux ans nos cent ans de présence en compétition. Certains autres manufacturiers n'existaient alors même pas. Une grande partie de notre budget est investie dans les sports mécaniques.
 
La fourniture de pneus en compétition vous permet également de faire des économies dans le domaine du développement des pneus de route ?
 
"Ça nous aide en termes de recherche et de développement. Par exemple, les gommes que nous utilisons en course peuvent être utilisées par la suite pour les pneus de route, avec quelques différences bien sûr car il faut les adapter à un usage spécifique, les pneus de route devant avoir une durée plus longue. Mais ça nous donne une bonne indication pour le développement des pneus normaux."