Guintoli et Haslam : « La faute des nouveaux pneus »
Guintoli et Haslam : « La faute des nouveaux pneus » Si Sylvain Guintoli a pu obtenir de bons résultats en République tchèque, avec une 4e et une 7e places, on ne peut en dire autant de son coéquipier Leon Haslam, seulement 8e et 10e, qui voyait Max Biaggi le distancer au championnat.

Sylvain Guintoli : « Je suis content de mes résultats. Je me sentais bien. Comme à Misano, on a eu du mal à faire fonctionner nos motos avec les nouveaux pneus. On a des difficultés à trouver les bons réglages avec ces pneus, mais quand on utilise les anciens on a beaucoup moins de problèmes. J’étais équipé des nouveaux dans les deux manches à Brno, mais celui de la deuxième manche s’est comporté très différemment de celui de la première, même s’ils étaient du même type. Après ma 4e place de la première course, j’étais prêt à tenter ma chance dans la deuxième, mais j’ai été déçu par le manque d’adhérence. Je ne pouvais pas attaquer autant que je le souhaitais et j’ai galéré pendant toute la course. »

Leon Haslam : «J’ai du mal à décrire mon niveau de déception et de frustration. Si je pensais être responsable des problèmes, je le reconnaîtrais tout de suite. On a commencé à avoir des ennuis avec les nouveaux pneus à Misano. Rien de ce qu’on a essayé n’a fonctionné. J’ai utilisé là-bas les nouveaux pneus en première manche et j’ai eu un mauvais résultat (ndlr : 8e) donc on est revenus aux anciens pneus pour la seconde et j’ai terminé deuxième !

« On a utilisé à Brno les nouveaux pneus en permanence et on a galéré tout le week-end. Ces nouveaux pneus ont plus d’adhérence, mais pour faire fonctionner la moto avec, c’est une autre paire de manches. Quelques uns ont réussi, mais la plupart ont du mal.

« Le pneu utilisé en deuxième manche ne fonctionnait pas du tout. Il s’en est fallu de peu que je ne termine pas la course tellement il était mauvais ! J’avais l’impression de pouvoir être éjecté à tout moment et je ne pense pas avoir été doublé par autant de pilotes de toute l’année ! Manifestement, Cal Crutchlow avait un pneu identique au mien et il à dû rentrer à son stand pour en changer. Même si son deuxième pneu était censé être identique, il s’est comporté complètement différemment et il a gagné tout de suite 1 seconde !

« J’essaie de trouver des points positifs à ce week-end, mais je n’en vois… aucun ! Tout ce que je sais, c’est que nous n’utiliserons plus jamais ces nouveaux pneus. On va revenir aux anciens, à nos réglages de base que nous connaissons bien, et je suis convaincu que je pourrai tourner beaucoup plus vite et de nouveau viser le podium. »

Le point de vue de Pirelli

Dans la mesure où les pilotes Suzuki se plaignent des pneus, il est normal que nous présentions le point de vue du manufacturier fournisseur unique du mondial Superbike. On précise bien qu’il s’agit d’un point de vue, et non d’une réponse.

« La majorité de la grille a adopté la référence médium-tendre B pour l’avant, avec le nouveau tendre A à l’arrière, solution qui a été développée il y a deux semaines lors de tests. Cette combinaison a connu le succès notamment lors de la première course avec Sylvain Guintoli qui a égalé son meilleur résultat de l’année (4e en Australie), alors que Ruben Xaus réalisait la meilleure performance de sa carrière sur la S 1000 RR avec une 5e place. Une 4e victoire de l’année pour Johnny Rea (Honda) et le retour sur le podium de Michel Fabrizio (Ducati) ont témoigné de l’efficacité de cette nouvelle solution tendre, malgré une chaleur incroyable. Un nouveau record de la Superpole a été établi par Cal Crutchlow (Yamaha) en 1’58.018, performance dupliquée dans la 2e course quand il a réalisé un nouveau record du tour en 1’59.291. »

Photo : Leon Haslam et Sylvain Guintoli (© Suzuki Racing)