GP de Valence : Stoner sous la pluie, Capirex honore Super Sic
GP de Valence : Stoner sous la pluie, Capirex honore Super Sic C'est la pluie qui a accueilli ce matin les pilotes pour le dernier Grand prix de la saison, mais le beau temps devrait revenir demain. En attendant, Casey Stoner a mené les débats devant son coéquipier Pedrosa et le duo Ducati, Rossi et Hayden. Les pilotes se sont élancés ce matin sur une piste mouillée et n'ont pas pu améliorer leur chrono cet après-midi lorsque la pluie redoublait. Dans ces conditions, le nouveau champion du monde Casey Stoner a confirmé sa supériorité en devançant de plus de 2 dixièmes son coéquipier Dani Pedrosa. Dans ces conditions de piste précaires, les Ducatistes s'en sont très bien sortis puisque Valentino Rossi signe le troisième temps (à 3 dixièmes seulement de Stoner) devant son coéquipier Nicky Hayden (+0.560). Loris Capirossi, qui porte le numéro 58 ce week-end sur sa moto (photo), pointe en 5e position provisoire, tandis que Randy de Puniet occupe une bonne 6e place, juste derrière Ben Spies qui a été l'un de ceux (avec Elias, Aoyama et Abraham) à se faire piéger par les conditions.

Casey Stoner (Honda Repsol) : "Malgré les apparences, ça n'a pas été une très bonne journée pour nous. J'adore rouler sur ce circuit quand c'est sec, mais nous n'avions pas un bon feeling sur le mouillé. J'espère que demain, ce sera ou sec ou mouillé, mais pas entre les deux car c'est difficile de trouver des réglages dans ces conditions."

Valentino Rossi (Ducati) : "Notre moto marche très bien sous la pluie et nous avons pu rouler vite et rester près des avant-postes. Le grip sur le circuit était vraiment limite et très glissant. Si ça reste mouillé, je pense qu'on peut faire une bonne course. Sinon, on verra."

Loris Capirossi (Ducati Pramac) qui prend ce week-end le départ de son dernier Grand Prix, a déclaré : "C'est un immense honneur de rouler avec le numéro de Marco (Simoncelli). Ma séance de ce matin s'est bien passée (moins celle de l'après-midi) et je suis très optimiste pour demain. On peut faire un bon résultat."

Fausto Gresini (team manager Team San Carlo Gresini) : "Il y avait beaucoup de tristesse aujourd'hui dans le box. L'ambiance semblait irréelle sans Super Sic ici, et la journée a été très difficile. Il va sans dire qu'il nous manque horriblement, mais c'était important d'être présent ici pour honorer sa mémoire. je suis sûr que c'est ce qu'il aurait aimé qu'on fasse. Hiroshi (Aoyama) est déterminé à donner le meilleur de lui-même en souvenir de son coéquipier Marco, et pour sa dernière course en MotoGP."

Josh Hayes (remplaçant de Colin Edwards chez Tech 3) : "Ce matin, pour ma première sortie de piste au guidon d'une MotoGP, je crois que je n'ai jamais été aussi nerveux de toute ma vie. Cette première journée en MotoGP a été vraiment très difficile et même effrayante à certains moments. Cependant, j'étais content de mes premiers chronos dans des conditions aussi difficiles (10e chrono cet après-midi). J'espère que demain, j'aurai l'occasion de rouler un peu sur le sec pour découvrir et apprendre les freins carbone, car je n'ai aucune envie de m'élancer pour la course dimanche, sans avoir essayé auparavant ce type de freins !"

En 125, Sandro Cortese a signé le meilleur chrono de la journée pour 2 millièmes d'avance seulement sur Johann Zarco. Le Français, qui a 20 points de retard sur Terol, est très confiant pour ce week-end : "Contrairement à Terol, je n'ai rien à perdre mais tout à gagner. De toute façon, ma seconde place au championnat est assurée. Je n'ai donc aucune pression et je crois encore en mes chances de titre, il le faut. Terol dit qu'il n'a pas de pression, mais on a bien vu le contraire aujourd'hui sous la pluie (10e chrono). Je pars pour remporter la course, même si je sais que Cortese et Vinales auront aussi très envie de gagner la dernière." Pour que le Français remporte le titre, il faudrait que Terol termine au delà de la 11e place si Johann gagnait. C'est une situation assez similaire à celle de 2005, où le titre se jouait entre Kallio et Luthi : si le Finlandais gagnait et que Luthi terminait au delà de la 13e place, le titre revenait au premier. Kallio avait effectivement gagné, mais Luthi avait terminé 9e et était donc sacré champion du monde. L'an dernier, Terol avait encore une petite chance pour le titre face à Marquez (17 points de retard) mais il terminait troisième, juste devant Marquez, quatrième.

En Moto2, Stefan Bradl, d'ores et déjà assuré d'être champion, quel que soit son résultat en course, a quand même fait preuve de panache en signant le meilleur chrono de la journée, juste devant le Suisse Randy Krummenacher et Alex de Angelis.

Photo : Loris Capirossi porte ce week-end le numéro du regretté Marco Simoncelli (Pramac)