GP d'Australie : Première balle de match pour Stoner
GP d'Australie : Première balle de match pour Stoner Avec 40 points d'avance sur Jorge Lorenzo, Casey Stoner pourrait bien dès ce week-end coiffer la couronne, à condition que l'Australien gagne sur ses terres (ça, c'est plus que probable) et que Lorenzo ne termine pas sur le podium (ce qui est fort heureusement moins probable). "Tout ce qui m'importe ici est de gagner la course, le reste n'est pas de mon ressort" déclarait Casey Stoner, à la veille des premiers essais de son Grand Prix national. Sur un circuit où il s'est imposé les quatre dernières années au guidon de la Ducati, il n'y a pas de raison qu'il ne mette pas une raclée phénoménale à ses adversaires au guidon d'une Honda bien plus facile et efficace. C'était donc sans surprise qu'il menait la première journée d'essais devant Jorge Lorenzo (Yamaha) et Marco Simoncelli (Honda Gresini), qui a chuté deux fois au virage n°10 (une fois de l'avant le matin et une fois de l'arrière l'après-midi), heureusement sans dommages pour lui et sa moto. "Ce circuit est magnifique, a déclaré Super Sic, et c'est définitivement mon favori, mais il est assez bosselé et c'est assez facile de faire une faute et de chuter."
Casey Stoner (également victime d'une petite chute lors de la séance matinale) a lui aussi confirmé que le circuit était plus bosselé que l'an dernier, ce qui explique les chronos à 4 dixièmes du record de 2010, malgré une météo clémente (beau soleil et 21°), ce qui n'est pas fréquent à cette époque sur ce circuit.

Belle surprise de Colin Edwards (Yamaha Tech 3) à la quatrième place, mais à une seconde du chrono de Stoner. Son coéquipier Ben Spies est cinquième, tandis que les deux équipiers de Stoner chez Honda Repsol, Andrea Dovizioso et Dani Pedrosa, ne pointent qu'en 6e et 7e position. "Avec les bosses, c'est impossible de contrôler la moto" dit Dovi. "En plus des bosses, je n'avais aucun grip à l'arrière" déplore de son côté Pedro. "C'est dommage d'autant que demain, les températures devraient baisser."

Nicky Hayden est le premier pilote Ducati à la 9e place, pour 8 minuscules millièmes devant Randy de Puniet. Valentino Rossi pointe seulement à la 13e position, à 1,5 seconde de Stoner qui gagnait l'an dernier au guidon de la Desmosedici.
"La journée n'a pas été facile, avoue Rossi. On s'attendait vraiment a être d'entrée plus performant ici, comme il y a deux semaines à Motegi, car ce circuit a toujours été favorable aux Ducati. On a commencé avec les mêmes réglages de base, mais le feeling n'était plus le même. Je n'ai pas réussi à bien piloter, en partie aussi à cause de mon petit doigt qui me fait mal. Mais bon, je pense que c'est plus un problème de feeling avec la moto, car je n'arrive pas à bien freiner et à bien entrer dans les virages. Demain, on forcera un peu plus sur les anti-douleurs dans ma main et du point de vue technique, on cherchera une solution différente pour améliorer l'avant de la machine."

A noter, le retour de Loris Capirossi au guidon de sa Ducati Pramac après son forfait au GP du Japon (blessure à l'épaule à Aragon). L'Australien Damian Cudlin, qui remplaçait Capirex il y a quinze jours, se substitue ce coup-ci à Hector Barbera chez Aspar.

Photo : Quand on vous dit que Phillip Island est l'un des plus beaux circuits au monde, on ne vous ment pas, surtout dans des conditions printanières aussi exceptionnelles (c'est la fin de l'hiver en Australie !). Photo : Repsol Media Service