GP 125 : Simon, grand perdant du jour
GP 125 : Simon, grand perdant du jour

En chutant alors qu’il avait quasiment le titre en poche (cela dépendait encore du résultat de son coéquipier, Bradley Smith), Julian Simon a repoussé son sacre à plus tard, mais mène toujours le championnat avec une marge de 50,5 points sur Smith et 61,5 sur Terol.

Avec 75 points maximum à distribuer sur les trois dernières courses, il reste une lueur d’espoir bien mince à Smith et Terol, même si rien n’est impossible, à commencer par des erreurs de la part de Julian Simon, qui avait déjà perdu de gros points en Catalogne, quand il a fêté sa victoire un tour plus tôt. Là aussi, peut-être trop pressé de coiffer la couronne, il part à la faute au 17e tour. Neuf tours plus tôt, c’était Nicolas Terol qui chutait. Il suffisait alors que Simon gagne et que Smith ne fasse pas mieux que 5e pour que le titre se finisse ici. Mais c’est mal connaître cette haletante catégorie 125. Le grand favori « out », la victoire se joue finalement entre Espargaro, Cortese et Smith. L’Espagnol va remporter une magnifique victoire (la 2e de l’année après Indianapolis et surtout la grande déception de Misano, où il s’est vu faucher par Iannone, qui chute de nouveau) devant Cortese et Smith. Excellente course de Johann Zarco, parti dans les tréfonds du classement suite à un départ raté et remonté à la 9e position, son second meilleur résultat en GP 125 après sa 6e place au Mugello.

Johann Zarco (9e) : « J’ai voulu tellement partir fort, que j’ai trop lâché l’embrayage et la moto a failli s’arrêter. J’étais quasiment dernier et les premiers virages ont été assez chauds. Puis j’ai commencé à remonter. Lorsque je me suis retrouvé vers la 17e place, derrière Gadea, je me suis dit qu’avec son expérience et la vitesse de sa moto, ce serait pas mal d’essayer de le suivre. Ça n’était pas facile de rester avec lui, mais ça m’a permis de remonter dans un bon groupe. J’ai fini la course avec Aegerter, qui a fermé les portes et que je n’ai pas pu doubler. Mais je suis content de ma course, car j’ai fait une sacrée remontée. »

Quentin Jacquet (23e) : « C’était mon premier GP, donc une course longue et difficile. J’ai perdu un bout de mon silencieux dans le premier tour et ça m’a beaucoup handicapé au niveau de la vitesse de pointe. C’était très compliqué, mais j’ai quand même terminé la course. On fera mieux la prochaine fois, en Australie. »