Course 250 : Après la fête, un réveil douloureux
Course 250 : Après la fête, un réveil douloureux
Alors que l’on avait encore la tête dans les étoiles du Qatar, nos deux super Frenchies de la 250 nous ont violemment fait redescendre sur terre au Japon, en chutant tous les deux en début de course.
C’est sous un beau et grand ciel bleu que le départ des 250 est donné. Mais si le soleil est revenu (21° ambiant), la piste comporte encore quelques traces d’humidité.
Hiroshi Aoyama signe le holeshot mais Marco Simoncelli prend le commandement dès le 2e virage. Suivent Talmacsi, Pesek, Pasini, Abraham et Di Meglio. Jules Cluzel a aussi fait un bon départ puisqu’il pointe en 10e position. Alvaro Bautista est seulement 11e.
Tandis que Simoncelli s’échappe déjà en tête de la course, Bautista remonte et revient sur son coéquipier Di Meglio, en 5e position.
Au 3e tour, Jules Cluzel chute en même temps que Roberto Locatelli.
Au 4e tour, Hiroshi Aoyama se fait une grosse frayeur en réaccélérant sur une partie humide de la piste. Un endroit piégeux qui en surprend plus d’un, et notre Mike national en particulier. Alors qu’il venait de prendre la 4e place à Talmacsi, Mike s’envole lourdement à la réaccélération au 6e tour.
Au 9e tour, Simoncelli manque à son tour de s’envoler. Il reste sur ses roues in-extremis mais un souci sur la roue avant l’oblige à repasser par les stands (on apprendra plus tard qu'il s'agissait en fait d'une crevaison). Hiroshi Ayoma en profite alors pour s’emparer du commandement de la course, pour la plus grande joie de son public. Mais il est rapidement menacé par Bautista, bien décidé à profiter des déboires de son principal rival pour engranger de gros points.
Au 18e tour (sur 23 que comporte la course), Alvaro Bautista s’empare du commandement de la course. Mais il ne veut pas en rester là. Signant le meilleur tour en course à 3 tours de l’arrivée, il creuse un écart de près de 6 secondes sur Aoyama. Mattia Pasini, 3e, est à plus de 21 secondes du leader et Gabor Talmacsi, 4e, est à 25 secondes. Alex Debon complète le top 5.
Marco Simoncelli, qui passe la ligne d’arrivée en 17e position, repart bredouille du Japon après avoir été contraint de déclarer forfait au Qatar. Mais l’an dernier, l’année de son sacre, il avait aussi marqué deux résultats blancs en début de saison. Il n’y a donc pas encore de quoi s’affoler.

Mike Di Meglio (chute) : "J'ai passé Talmacsi à l'entrée du virage, mais j'ai remis un peut trop de gaz à l'accélération et j'ai glissé sur une tâche d'humidité. C'est dommage car je sentais super bien ma moto et un podium était jouable, je pense. Je ne me suis pas blessé, j'ai juste un peu mal au pied et au dos."

Jules Cluzel (chute) : "On ne sait pas encore si c'est un problème de frein ou de moteur, mais la moto accélérait très mal, comme si elle était freinée. J'ai fait un bon départ mais à cause de ces soucis, je ne pouvais pas garder ma position. Quand Locatelli m'a doublé, il a attrappé mes freins et on a chuté tous les deux. Je me suis juste fait une petite brûlure à la hanche. C'est dommage, parce que malgré mes soucis, je pense que j'aurais pu rentrer dans le top 10... mais Locatelli en a décidé autrement !"