Bouleversement pour les droits sportifs à la télé
DiversBouleversement pour les droits sportifs à la télé Une récente décision de la Cour européenne de justice vient de remettre en cause le mode de commercialisation de la diffusion des compétitions et les exclusivités par pays.  Les droits télé des compétitions sportives ne peuvent pas être vendues pays par pays, mais doivent l'être au niveau du continent européen tout entier, a décrété la Cour de justice européenne. A l'origine de la décision de la Cour, des litiges qui ont opposé des cafés et des restaurants anglais ayant projeté des matchs de la Premier League, en passant non pas par BSkyB, le diffuseur officiel, mais par des décodeurs étrangers. Ainsi, la propriétaire d'un pub a été condamnée à 8 000 livres d'amende pour avoir utilisé une carte de décodeur grec, qui coûte un dixième du prix d'un abonnement BSkyB

Interrogée par la Haute Court britannique, la Cour de justice a jugé qu'interdire l'utilisation de décodeurs étrangers pour regarder des compétitions sportives dans un pays était contraire au droit européen, fondé sur la libre circulation des services. L'arrêt remet en cause les clauses d'exclusivités territoriales, qui justifient le modèle économique des fédérations et des chaînes payantes. 

Principe : 
-Une chaîne d'un gros pays européen achète très cher les droits TV d'un sport majeur (foot, J.O., F1) et fait payer très cher ses téléspectateurs.
-Une chaîne d'un tout petit pays européen achète très peu cher les droits TV d'un sport majeur (foot, J.O., F1) et fait payer très peu cher ses téléspectateurs.
-Avant, le téléspectateur du gros pays était obligé d'acheter à sa chaîne nationale.
-Maintenant, il peut acheter à une chaîne d'un tout petit pays.

Ainsi une entreprise comme la Dorna (détentrice des droits TV des GP moto) dont le business repose essentiellement sur deux pays (Espagne & Italie) aura-t-elle besoin de s'adapter à cette nouvelle situation.

Il est encore un peu tôt pour savoir quelle va être la portée de cette décision, mais elle pourrait avoir autant d'importance que celle prise il y a quelques années en Allemagne (opposant l'organisateur du championnat camions à la FIA) qui précisait que les droits télé d'un sport appartenait à l'organisateur – qui prenait tous les risques – plutôt qu'à une fédération.

Sources : Guardian, BBC, Les Echos.


Photo © motogp.com