BMW SBK : La situation s’aggrave. Départ presque certain de Tardozzi
BMW SBK : La situation s’aggrave. Départ presque certain de Tardozzi La mise à l’écart des techniciens étrangers chez BMW fait des vagues de plus en plus importantes. Le fait que la situation soit désormais rendue publique embarrasse quelque peu les dirigeants de l’équipe.

Nous avions fait part de la mise à l’écart de l’essentiel des techniciens non-allemands de l’équipe bavaroise, et le team BMW Superbike a minimisé la situation : « Certains voulaient partir. Pour l’un d’entre eux (ndlr : le chef mécanicien australien de Troy Corser) il sera mieux près de sa famille qui est loin d’ici. Et puis nous remplaçons des gens pas très compétents par d’autres plus compétents. Et puis tout cela est sans importance, vous n’avez pas d’autres centres d’intérêt ? »

Jusqu’au moment où il est devenu clair que Davide Tardozzi avait pour intention de quitter l’équipe. Yamaha vient de lui offrir le poste de team manager de l’équipe Superbike, occupé jusqu’ici par Massimo Meregalli qui partira l’an prochain en MotoGP pour y rejoindre Ben Spies avec qui il a obtenu le titre de champion du monde Superbike en 2009. Ce n’est pas une situation nouvelle, Wilco Zeelenberg gérant désormais l’équipe de Jorge Lorenzo en MotoGP.

Du côté de BMW, on nie le départ de Tardozzi. Mais les faits démentent les paroles. Comme le disait un éminent journaliste allemand sur le circuit du Nürburgring : « Pourquoi Davide Tardozzi est-il invisible aujourd’hui ? » Bref, l’opération qualifiée par un autre journaliste allemand (avec un certain excès) de « nettoyage ethnique » devait se passer dans la plus grande discrétion. Le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est raté et que l’importante médiatisation de cette décision semble plonger BMW dans l’embarras.

Photo : Davide Tardozzi