Aller à Motegi ou pas ? Les pilotes se sont réunis à Indy dans le motorhome de Rossi
Aller à Motegi ou pas ? Les pilotes se sont réunis à Indy dans le motorhome de Rossi Prévu initialement pour le 24 avril, le Grand Prix du Japon a été reporté au 2 octobre après le tremblement de terre, le tsunami et le désastre nucléaire de Fukushima. Les pilotes MotoGP ont décidé d'en discuter ensemble hier soir à l'occasion du Grand Prix d'Indianapolis. Les pilotes ont peu confiance dans les informations fournies par le gouvernement japonais (dont, incidemment, le premier ministre vient de démissionner), ni dans celles de l'entreprise italienne Arpa, choisie par la Dorna. Certains, dont Valentino Rossi, sont inquiets quant à la stabilité du cœur du réacteur.

C'est dans le paddock de l'Indianapolis Motor Speedway que ce sont réunis la plupart des pilotes MotoGP à l'intérieur du motorhome de Rossi, seuls étant absents Cal Crutchlow, Marco Simoncelli et Hiroshi Aoyama. Randy de Puniet a quitté la réunion assez tôt alors que Nicky Hayden, arrivé en retard, est resté jusqu'à la fin. Hector Faubel était présent en tant que représentant des 125 et Andrea Iannone des pilotes de Moto2.

La réunion a commencé à 18h10 pour se terminer à 19h20. L'un des échanges les plus importants a concerné les pénalités encourues par chacun en cas de forfait, en fonction des accords qu'il a avec son employeur (qui n'est pas forcément son team). Ils ont alors découvert que ces conséquences étaient extrêmement variées d'un individu à l'autre. A la fin de la réunion, rien n'était résolu et aucune décision n'était prise (comme ça avait déjà été le cas vendredi lors du meeting de la commission de sécurité) bien que le GP du Japon ne soit que dans un mois. Il est toutefois clair que l'ensemble des pilotes pensent que la décision de courir à Motegi n'est pas judicieuse.

Valentino Rossi : "La situation reste la même, on a juste discuté un peu. Nous n'en avons pas parlé directement à Carmelo (Ezpeleta), mais cette situation est telle que vous la connaissez déjà."

Casey Stoner : "Rien de nouveau. Ça reste identique, sans décision prise. C'est tout."

Jorge Lorenzo : "C'est une question de confiance, uniquement une question de confiance."

Andrea Dovizioso : "On ne peut pas connaître la vérité et nous avons peur. Il y a trop de points d'interrogation sur la validité de l'étude faite par la compagnie recrutée par la Dorna."

Source : Cycle News

Photo : Motegi 2009 (PSP Stan Perec)