Adieu Fred. Frédéric Tran Duc nous a quittés
DiversAdieu Fred. Frédéric Tran Duc nous a quittés "Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages,
Les fleuves m'ont laissé descendre où je voulais."
Arthur Rimbaud
Le bateau ivre
Peu de gens doués d'autant de talent auront autant marqué le monde de la moto que Fred Tran Duc. Sa personnalité hors de proportion et ses écrits, en particulier dans Moto Journal, restent encore dans la mémoire collective de notre passion.

Ne s'interdisant aucun excès, il avait le verbe aussi délié que la plume, et si parfois il n'était pas toujours simple à supporter, avec lui on ne s'embêtait jamais. Ne s'embarrassant pas du mot "diplomatie" et de ce qu'il impliquait, il livrait son point de vue généralement plein de bon sens avec un naturel désarmant, s'approchant souvent du cœur de la réalité, sinon d'une certaine vérité, sans s'embarrasser de circonvolutions ni de ronds de jambe superflus.

Sa franchise s'accompagnait d'une certaine rudesse qui frôlait parfois l'agressivité, mais qui s'accompagnait toujours d'une très grande tendresse et d'un grand respect pour les gens qu'il aimait.

Il voyagea ainsi dans des contrées extrêmes, franchissant le pas quand c'était nécessaire pour aller au-delà des apparences. Il découvrit des territoires inexplorés, que la plupart d'entre nous contemplent de loin. 

Salut Fred, tu as été un grand Monsieur. Merci pour tout.