Accident de Guintoli : Suspension avec sursis pour Brookes
Accident de Guintoli : Suspension avec sursis pour Brookes
Lundi, la percussion de Josh Brookes sur Sylvain Guintoli, occasionnant une double fracture de la jambe droite au pilote français, était attribuée un peu vite par les organisateurs du British Superbike à un défaut de frein de la Honda de l’Australien. Honda n’a pas trouvé ça drôle et a exigé un examen plus sérieux.
Alors que les organisateurs avaient établi leur jugement sur les vidéos et photos de l’accident et sur les dires de Joshua Brookes, le team manager de HM Plant Honda Havier Beltran a fourni par la suite les données enregistrées.
 
Le tribunal sportif, composé de Mike Blakey (MCRCB), Adrian Addison (MSVR), Dave Francis (Directeur de course adjoint) et de Norman Williamson (Délégué à la sécurité du MCRCB) a considéré que la décision initiale attribuant l’accident à un système de frein défaillant n’était que provisoire, la remise en état de la moto de Brookes pour la 2ème manche ne permettant pas sur le moment l’examen des données enregistrées.
 
Après l’examen de ces données, il en ressort que Brookes arrivait beaucoup trop vite par rapport aux autres pilotes, en l’occurrence à une vitesse compatible avec un tour en course mais en aucun cas avec la fin d’un tour de chauffe.
 
Il n’y a aucune preuve de défaillance du système de freinage.
 
Une interdiction de participer à une course a donc été attribuée à Josh Brookes, avec un sursis portant sur les 3 prochaines épreuves du championnat British Superbike. Aucun appel n’a été enregistré, et la sentence était donc confirmée le 25 juin à 21 h.