24H du Mans : Le point à deux heures de l’arrivée
Endurance24H du Mans : Le point à deux heures de l’arrivée

La Kawasaki GSR n°11 mène toujours les 24 H du Mans avec 9 tours d’avance sur la Yamaha Austria n°1. Belle remontée de la GMT 94 à la 4e position. BMW-Michelin baisse le rideau.

Coup de théâtre à  10h30 avec la National Motos, alors 3e, percutée par la machine en tête de la catégorie Stocksport, la Motors Event n°50. Si cette dernière peut repartir après avoir changé les pièces abîmées (mais elle perd le commandement de sa catégorie au profit de la QERT n°95), la National Motos est contrainte à l’abandon, trop endommagée par cette impressionnante chute. Du coup, c’est la RAC 41 de Junot/Black/Depoorter qui se retrouve troisième, à 14 tours des leaders.

Alors qu’elle avait perdu 10 tours hier pour le changement du collecteur d’échappement, la GMT 94 fait une belle remontée à la 4e position. « Ce n’est pas tant cette remontée qui m’intéresse, mais les performances, nous confie Christophe Guyot. A un moment, dans la nuit, on avait le second chrono en course et on s’est placé à plusieurs reprises à demi-seconde des plus rapides. C’est encourageant. Des points, on savait qu’on en aurait si tout se déroulait pas trop mal, car on visait la 5e place derrière les quatre favoris habituels. Il se trouve qu’il en manque certains, mais nous savions de toute façon que nous n’étions pas en mesure de viser la victoire. Mais on a vécu une belle course avec nos pilotes et trouvé des solutions intéressantes avec Birdgestone. David (Checa) est vraiment dans son élément en Endurance, Kenny (Foray) m’épate par son intelligence et son ambition, Gregorio (Lavilla) reste totalement impliqué malgré les difficultés. Le défi avec Bridgestone n’est pas facile, mais il faut faire preuve d’humilité. La concurrence avec les autres manufacturiers est très relevé et le travail ne nous fait pas peur, au contraire : c’est passionnant. » 

Immobilisée dans son stand depuis hier, 21h34, la BMW n°17 de Gimbert/Nigon/Stey a baissé le rideau vers 10h, après une dernière tentative de sortie en piste de Erwan Nigon. « La moto a des coupures d’alimentation et on a mis le faisceau électrique à nu pour essayer de trouver la panne. En vain… » explique Bernard Rigoni, le team manager. « C’est hyper dangereux, poursuit Sébastien Gimbert. Ça m’est arrivé trois fois dans la nuit : la moto coupe et on n’a plus d’éclairage. C’est la raison pour laquelle on a décidé de refaire un essai que ce matin, à 9 heures. » Erwan Nigon est reparti faire un check, mais la panne est toujours là. C’est l’abandon pour la BMW. « Les grosses équipes se préparent pendant 4 mois pour le Mans, explique Gimbert. Nous, tout s’est monté en quelques jours, donc ce n’est pas étonnant que l’on rencontre tous ces soucis. Il va falloir mieux se préparer, notamment l’équipe, qui n’a pas l’expérience de l’endurance et des ravitaillements. »


Photo : Entre le forfait de Sébastien Charpentier jeudi après les essais et les problèmes électroniques de la nuit, l'arrivée officielle de BMW en Endurance n'a pas été facile (Photo PSP Stan Perec).